La Clef des Champs

La Clef des Champs

Forum d'amitié
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Partagez | 
 

 Laura ALCOBA (Argentine/France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko



Masculin
Nombre de messages : 195
Localisation : nantes
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Mar 1 Avr - 7:34

Bien qu'elle ecrive en français, un petit article en espagnol une auteur CLIQUER: argentino française


Le bleu des abeilles chez Gallimard.

c'est un petit livre court (120 p.) faussement simple et d’un style limpide. 

L’auteur y raconte en courts chapitres son arrivée en France à l’âge de 10 ans ; Les cours de français pris dans l’attente de ce départ sans cesse différé par les autorités, avaient une tournure académique ne la préparant guère à une installation dans la banlieue nord de  Paris, au Blanc Mesnil, - dans  un logement HLM dont quelques notations indiquent la vétusté et le manque de goût.

Les directives familiales étaient claires : il fallait « s’intégrer », prendre le « bain linguistique », dans un milieu différent , chose essentielle pour une enfant d’âge scolaire. A son crédit un amour de la langue française, et de ses sonorités, notamment pour les « U » et « les E muets », difficiles pour un gosier espagnol…

Les contacts avec les autres se heurtent parfois à des préjugés bien hexagonaux, à l’existence de « harceleurs » dans l’immeuble comme à l’école. S’y ajoutent la crainte de ne pas bien s’exprimer, d’être moquée pour un accent, et la méconnaissance de certaines habitudes alimentaires. Supporter aussi l’attitude protectrice et un peu humiliante d’adultes, enclins à croire qu’une attitude silencieuse relève d’une intelligence limitée.




L’auteur y raconte en courts chapitres son arrivée en France à l’âge de 10 ans ; 
Le livre doit son titre à une correspondance régulière avec le père resté en prison en Argentine. Le lien sera la vie des abeilles de Maeterlink qui affirme leur attirance pour la couleur bleue. Moins fructueuse en échanges, la demande pressante du père d’avoir une photo de famille aux critères bien établis par le milieu pénitentiaire.

C’est pour moi le passage le plus émouvant  de ce livre où la fillette, par incapacité ou blocage, ne sait répondre à la demande.

Les phrases ont la simplicité étudiée d’un langage de fillette, mais toutes en retenues, elles laissent au lecteur une part active. Comment passer d’un milieu d’opposants politiques - des noms et des pseudonymes  tombent parfois dans ses oreilles, sans cesse à l’affût, aux considérations extérieures banales sur les mérites de Claude François et le chagrin dû à sa disparition ?

Laura Alcoba reste discrète et pudique sur cette enfance transplantée, mais la réserve même qu’elle observe la rend proche du lecteur, qui doit deviner entre les lignes les émotions, les craintes et les interrogations.



Revenir en haut Aller en bas
Suzanne

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22847
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Mar 1 Avr - 7:52

scratch  J'ai pourtant lu la "vie des abeilles" mais je ne me rappelais pas que d'après elles auraient une préférence pour le bleu.

Voila un livre que je suis tentée de lire ! Merci Rotko.
J'avais justement regardé la biographie de Laura Alcoba, il y a quelques jours

_________________


ne dit rien/n'ose pas /de peur/de faire mal
et la mer/se couche à ses pieds
comme une bête aimable.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-clef-des-champs.sosblog.fr/
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24067
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Mar 1 Avr - 8:12

moi aussi, j'ai bien envie de le lire.
Merci Rotko, pour les commentaires et pour ta venue (bienvenue) sur la Clef des Champs. Je commence un avion sans elle que j'ai acheté hier en faisant mes courses. J'irai dans la semaine à "l'autre" médiathèque avec ma liste .... longue comme un jour sans pain ! Rolling Eyes 
bonne journée  flower
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Suzanne

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22847
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Mar 1 Avr - 13:48

Je l'ai acheté ce matin !
Faut que je finisse d'abord mon livre !

_________________


ne dit rien/n'ose pas /de peur/de faire mal
et la mer/se couche à ses pieds
comme une bête aimable.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-clef-des-champs.sosblog.fr/
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24067
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Mar 1 Avr - 14:06

Suzanne a écrit:
J'ai pourtant lu la "vie des abeilles" mais je ne me rappelais pas que d'après elles auraient une préférence pour le bleu.

c'est à cause que les abeilles ont les yeux bleus ! t'avais pas vu ?
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Suzanne

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22847
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Sam 5 Avr - 9:12

C'est un petit livre court, mais très agréable à lire.
Une déclaration d'amour à la langue française.
Cette petite fille (bien sûr c'est l'adulte qui écrit mais elle retrouve son âme d'enfant) est très attachante  par son envie de bien faire , ses complexes (son accent) sa naïveté.
Son apprentissage du français qui dure tout le long du roman nous fais comprendre quelques particularités de notre langue. J'ai beaucoup aimé.
Nicamic s'il t'intéresse, je pourrais te le passer quand je reviendrai (un jour    ) à Perpi

_________________


ne dit rien/n'ose pas /de peur/de faire mal
et la mer/se couche à ses pieds
comme une bête aimable.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-clef-des-champs.sosblog.fr/
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24067
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Sam 5 Avr - 9:24

je ne l'ai pas trouvé à la médiathèque, je vais essayer de le dénicher en librairie pour l'acheter.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Suzanne

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22847
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Sam 5 Avr - 9:33

Il est à 11€ à peu près.

_________________


ne dit rien/n'ose pas /de peur/de faire mal
et la mer/se couche à ses pieds
comme une bête aimable.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-clef-des-champs.sosblog.fr/
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24067
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Sam 5 Avr - 9:45

ça va, c'est dans mes prix ! merci ma Suzanne.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 11018
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Dim 29 Juin - 15:35

Je ne reprends pas la présentation de ce « roman » autobiographique qu'est Le bleu des abeilles, déjà faite par Rotko.
J’ai bien aimé ce livre qui se lit vite et facilement.
Laura, la narratrice, aurait dû être très déçue à son arrivée en France puisqu’elle s’attendait à être au cœur de Paris, près de la tour Eiffel et qu’elle se retrouve au Blanc-Mesnil, dans un quartier populaire qui n’a rien à voir avec ce qu’elle avait idéalement imaginé. Cette déception n’est que suggérée, de façon très pudique, et surtout on comprend que cette petite fille de dix ans, déjà très mûre, est fermement décidée à s’intégrer sans toutefois se fondre dans une société qu’elle regarde avec lucidité, ce qui n’exclut pas la naïveté propre à l’enfance.
Le regard de l’enfant est évidemment transposé par l’adulte qu’elle est devenue mais c’est fait avec tant d’habileté qu’on lui reconnaît une justesse et une finesse qui plaisent.
Les chapitres se succèdent en tableaux du quotidien de cet enfant, dont chacun forme pratiquement un tout. Les épisodes choisis sont évidemment révélateurs des découvertes de Laura : non seulement un nouveau pays si différent de l’Argentine, mais surtout une langue mystérieuse et belle ; c’est aussi une sorte de court roman d’apprentissage car Laura « grandit » au contact des réalités de sa vie d’immigrée, éloignée de ses racines et d’êtres chers (ici le père emprisonné en Argentine), confrontée à la violence politique de son pays d'origine et à la crainte de ne pas parvenir à trouver sa place au sein d’une société française sans bienveillance.

Certains passages sont remplis d’humour tout en égratignant gentiment l’enseignement reçu par Laura dans son pays, par exemple quand elle découvre que tous les chiens ne s’appellent pas Médor ni les chats Minet comme elle l’a appris dans son premier livre de français en Argentine !

D’autres témoignent d’un amour de la langue française à la fois drôle et poignant et révèlent une volonté et une maturité exceptionnelles chez cette petite Argentine expatriée.

Citation :
Pour les u, du temps de mes cours à La Plata, Noémie m’avait donné une astuce : placer les lèvres comme si l’on voulait dire u mais dire i. Tu verras, ça marche. C’est vrai que ça marche. Il faut faire croire à ses lèvres qu’on va dire une chose et en dire une autre. Au début, c’est comme si on leur tendait un piège. Les premières fois, c’est vraiment étrange de découvrir qu’on peut les berner aussi facilement – on est presque déçu que le piège à u tienne ses promesses.

Certaines anecdotes sont chargées d’une émotion discrète et prennent valeur de symboles : j’ai beaucoup aimé le passage où l’enfant connaît une sorte de délivrance, en tout cas, franchit une étape décisive dans son intégration à la société française. C’est celui où elle a la joie de découvrir qu’elle n’a plus besoin de traduire, qu’enfin elle pense en français.



Citation :
J’avais trouvé l’ouverture. Sans crier gare, ce matin-là, je m’étais faufilée dans ces tuyaux que longtemps, j’avais cru inaccessibles.
C’est très précisément la semaine suivante que j’ai réussi à glisser dans mon enveloppe du lundi l’image que mon père attendait depuis de si longs mois : je ne sais pas très bien quel est le rapport avec mes tuyaux, ce qui est certain, c’est que c’est après m’y être faufilée que j’ai pu choisir la cinquième photo tant de fois réclamée.



J'ai emprunté ce livre à la bibliothèque et j'ai trouvé sa lecture très agréable. Cependant, ce n'est pas le genre de livre que j'aimerais posséder personnellement. Pour finir, j'ajoute deux passages qui m'ont bien amusée :



Citation :
L’essentiel, avec le reblochon, c’est de ne pas se laisser impressionner. Il y a clairement une difficulté de départ, cette barrière que l’odeur du fromage dresse contre le monde extérieur. Mais il ne faut surtout pas se méprendre à son sujet. Ce n’est pas de l’agressivité de sa part, c’est juste la manière qu’a le fromage de dire : as-tu vraiment envie ? es-tu prêt ? Cette senteur, c’est ce qu’il a trouvé pour être là, pleinement – c’est qu’il ne veut pas être avalé sans qu’on s’en rende compte, être gobé comme si de rien n’était.

et celui-ci :



Citation :
Le français est une drôle de langue, elle lâche les sons et les retient en même temps, comme si au fond, elle n’était pas tout à fait sûre de bien vouloir les laisser filer – je me souviens que c’est la première chose que je me suis dite.











 

 

.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8668
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Dim 10 Sep - 15:31

 LIVRE LU : LA DANSE DE L' ARAIGNEE




   RESUME




   «Bavarder entre la banlieue parisienne et la prison argentine où se trouve mon père, c’est un peu comme du tir à l’arc – avec de l’exercice et un peu d’application, on arrive à atteindre le point de mire, l’endroit précis du calendrier où nous nous sommes donné rendez-vous. Il faut juste me laisser le temps de glisser ma nouvelle petite clé dans la boîte aux lettres métallique, attendre que je déchire l’enveloppe. Voilà, j’y suis.» 
On retrouve dans La danse de l’araignée la tonalité légère et acidulée qui faisait tout le charme de Manèges – la jeune narratrice racontait alors son enfance en Argentine au temps de la dictature – comme du Bleu des abeilles, qui retraçait son arrivée en banlieue parisienne et l’apprentissage émerveillé de la langue française. 
Ici, c’est le temps de l’adolescence qui est évoqué. Ses bouleversements troublants et la correspondance régulière avec le père emprisonné tissent une toile subtile où présent, passé et imaginaire prennent tour à tour le dessus.










    RESSENTIS




    La petite Laura est attendrissante et l’on suit avec plaisir les péripéties de cette gamine déjà très mature qui raconte tout de go les étapes de sa vie, ses premiers achats de lingerie, ses rencontres avec les garçons et les nouvelles copines, qu’elle invitera à partager un gâteau. Et pendant ce temps-là, les échanges épistolaires avec son papa emprisonné en Argentine deviennent de plus sincères et empreints d’une véritable complicité, les rapprochant plus encore, même s’ils sont aux antipodes l’un de l’autre. Et l'on se sent un peu le témoin du combat mené par Laura pour garder le courage d’affronter avec l’adversité et la distance d’avec son père. L’on se rend compte qu’on fond d’elle, il y a des pleurs larvés qui attendent que les soupapes se brisent…
Ce livre m’a  émue et replongée dans les années 80, riches d’innovations, de découvertes, que l’auteure évoque amplement dans ce nouvel opus.
Un roman succinct, délicat et fort à la fois. À travers une plume baignée de rosée et de fraîcheur mais aussi mouillée de mélancolie parfois, l’auteure nous émeut et nous livre un message profond, une histoire en camaïeu de gris clair et gris foncé…
Aussi émouvant que ses deux précédents livres : Manèges et Le bleu des abeilles.




study study study

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8668
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Dim 10 Sep - 15:34

CITATION


    Il paraît que chaque fois que l’homme retrouve son appartement de La Plata après une journée de travail, la mygale se met à danser dans la cage de métal qui lui tient lieu de maison. L’araignée fait de tels bonds lorsqu’elle comprend que l’homme est revenu que les barreaux vibrent et tintent. À croire qu’elle n’est pas retenue dans une cage, qu’elle loge en réalité à l’intérieur d’un immense grelot. On dirait surtout qu’elle reconnaît ses pas. À moins que le coup d’envoi ne soit pour elle le bruit de la clé glissée dans la serrure de la porte d’entrée. En tout cas, dès le début de leur vie commune, quand il est retourné chez lui à la fin de sa journée de travail, la mygale lui a fait des fêtes. Alors il a pris l’habitude de la libérer pour la câliner un peu, l’araignée adore ça — c’est sans doute en vue de sa libération quotidienne et de la petite séance caressante qui suit chacune de ses sorties que la mygale s’est tant attachée à lui, se montrant toujours plus heureuse et reconnaissante. Voilà pourquoi depuis qu’ils vivent ensemble, lorsque l’homme est de retour, la danse de l’araignée est toujours plus démonstrative. Et le lien entre l’homme et l’animal, plus fort.






study study study

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24067
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Dim 10 Sep - 23:03

cette page m'a échappé ! pale où k'cé qu'j'avais donc la tête ?
Pourtant, ça me plait beaucoup ce qu'écrit cet auteur et le livre de Suzanne était à 11 euros ! je n'ai pas du le trouver  scratch
Je note Laura Alcoba ! merci les filles. flower
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 11018
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Dim 10 Sep - 23:05

Merci Sapho pour ce ressenti tout en subtilités. Je chercherai ce livre. flower 
As-tu vu mes commentaires sur de Luca ? flower

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8668
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   Dim 10 Sep - 23:07

J'y vais de ce pas ma Nic  study study study

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Laura ALCOBA (Argentine/France)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Laura ALCOBA (Argentine/France)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bleu des abeilles de Laura Alcoba
» Laura Ingalls Wilder
» Ingalls Wilder Laura - Au bord du ruisseau Plum - La petite maison dans la prairie T2
» Ingalls Wilder Laura - La petite maison dans les grands bois (Préquelle)
» FANTOMES A TOUS LES ETAGES de Laura Ruby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ...de langues latines-
Poster un nouveau sujet   Sauter vers: