La Clef des Champs


Forum d'amitié
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MODIANO Patrick (France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8169
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: MODIANO Patrick (France)   Sam 5 Avr - 10:31

Livre : L'HERBE DES NUITS


 Souvent, sans doute, Patrick Modiano s’est couché de bonne heure et a puisé dans ses nuits quelques uns des fils ténus dont sont construits ses romans. Mais en quelques mots « Pourtant je n’ai pas rêvé" , les premiers de son nouveau livre, Modiano résume ou presque son œuvre : le rêve, la rue, la phrase… Ajoutez-y des visages, des noms, des tonalités et vous aurez avec « L’herbe des nuits » une nouvelle pièce du puzzle modianesque .
Cette « Herbe des nuits » qui fait planer n’est pas folle. Elle est fine et sage comme son narrateur (cette fois, il s’appelle Jean), jeune homme flottant dans le Paris des années 1960, y côtoyant une faune incertaine - jeune femme mystérieuse, étudiant improbable et hommes louches - et qu’il tente avec peine de se remémorer des années après. Le décor, le casting et la trame sont des refrains connus, de ceux qui, à chaque fois, ravissent les fans et hérissent les autres.
La visite quasi-obsessionnelle de Paris, ses arrondissements, ses rues, ses places, ses lignes de métro, pourraient tourner à l’auto-pastiche. Certains personnages semblent être déjà apparus dans de précédents romans . Dans « L’herbe des nuits », cependant, l’intrigue s’offre un ancrage relatif (chez Modiano, tout est toujours relatif) à l’actualité puisqu’y sont évoqués l’enlèvement et la disparition d’un homme politique marocain. Mais l’affaire Ben Barka n’est qu’un point d’accroche bien diffus dans un ballet très soft d’acteurs en clair-obscur. « Il me semble qu’à cette époque, raconte Jean (qui est lui aussi écrivain), je les voyais tous comme s’ils étaient derrière la vitre d’un aquarium et cette vitre nous séparait, eux et moi. » Derrière la vitre, donc, l’amie de Jean – mais s’appelait-elle vraiment Dannie, ou Dominique Roger, ou Mireille Sampierry, ou Michèle Aghamouri ? Et quels étaient ses vrais rapports avec Aghamouri justement, vrai-faux étudiant de Censier qui appartient (appartiendrait ?) aux services spéciaux marocains ?
Dans un aller-retour permanent et fusionnel entre hier et aujourd’hui (« Il n’y a jamais eu pour moi ni présent, ni passé », affirme Jean), Modiano se livre à l’exercice, si classique, chez lui, de mise en perspective d’images, de sons et de sensations. « Je crois qu’en ce temps-là, j’avais déjà compris que personne ne répond jamais aux questions », écrit-il. « En ce temps-là » (et sa variante « à cette époque »), revient maintes fois dans ces pages. Ces temps où Jean (donc Patrick) était « aussi sensible qu’aujourd’hui aux gens et aux choses qui sont sur le point de disparaître ».
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22716
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Lun 7 Avr - 9:55

coucou ma Sapho ! menina 
je n'ai pas trop envie de me replonger dans du Modiano en ce moment. J'en avais lu deux coup sur coup et "l'herbe des nuits", je l'ai noté.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10253
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Lun 7 Avr - 13:47

Un grand  Merci Sapho pour ton commentaire tout en nuances sur ce livre que je ne connais pas.
J'ai dans ma bibliothèque Une jeunesse, sorte de roman d'initiation de deux très jeunes gens dans un Paris contrasté ; ils font des rencontres variées avec des gens parfois inquiétants. Je conserve de ce livre un souvenir mitigé.
J'ai aussi lu Rue des boutiques obscures, prix Goncourt je crois il y a longtemps !

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22716
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Lun 7 Avr - 14:43

j'en ai lu deux ! je me souviens du contenu, mais pas des titres ! vache
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10253
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Ven 31 Oct - 16:09

Patrick Modiano, vous le savez, vient de se voir attribuer le Prix Nobel de Littérature.

Accident nocturne est un roman paru en 2003 chez Gallimard.

 4e de couverture :

Peu avant ses vingt et un ans, le narrateur, aujourd'hui bien plus âgé, a été victime d'un accident Place des Pyramides : il est renversé par une Fiat vert d'eau, conduite par une jeune femme, Jacqueline Beausergent. En état de choc, il croît reconnaître en cette femme, une personne qu'il a déjà rencontrée, beaucoup plus tôt. Ses souvenirs se mêlent et il associe étrangement cet événement à un accident antérieur dont il ne lui reste que des détails confus. S'il retrouve cette femme, le narrateur a le sentiment qu'il apprendra quelque chose d'important sur lui-même, quelque chose qui changera le cours de sa vie.
L'évocation de cette période et de celle qui a précédé l'accident nous plonge dans une univers étrange où la précision extrême des lieux traversés contraste avec la confusion chronologique. « Comment établir la moindre chronologie ? » demande le narrateur, « Le passé est définitivement révolu sans que je sache très bien dans quel présent je vis. »
Dans ce récit proche de l'enquête policière mais aussi très littéraire, l'auteur sait ménager son lecteur et le perdre dans une confusion narrative parfaitement maîtrisée, sans jamais l'abandonner totalement.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10253
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Ven 31 Oct - 16:16

Accident nocturne : mon point de vue


Un roman sans histoire à proprement parler, ou en tout cas avec une intrigue si ténue qu'elle en devient secondaire. C'est le roman de rien, le roman d'un jeune homme raconté par l'homme d'âge mûr qu'il est devenu, au temps où déjà il se cherchait dans les arcanes d'une mémoire fugitive qui mélangeait - et mélange encore dans le temps de la narration – le passé et le présent, les êtres, les lieux…
L'accident nocturne n'est qu'un prétexte à cette recherche sans fin d'une identité plus encore que de cette mystérieuse femme, Jacqueline Beausergent, qui l'a renversé. Cette quête se déroule interminablement au fil des rues avec les apparitions de l'étrange petite Fiat vert d'eau, fil conducteur insolite qui tient du rêve ou d'une réalité fantasmée. Le tout baigne dans une ambiance à la Modiano au sein d'un Paris qui est le sien, ambiance mystérieuse, mélancolique, parfois inquiétante, par exemple quand surgit cette femme qui, soir après soir, fait les cent pas devant le domicile du narrateur, le surveille et une nuit, se rue sur lui, l'insulte, l'agresse. Cette scène clé est révélatrice :

Citation :
Depuis trente ans j'avais fait en sorte que ma vie soit aussi ordonnée qu'un parc à la française. Le parc avait recouvert de ses grandes allées, de ses pelouses et de ses bosquets un marécage où j'avais failli m'engloutir autrefois. Trente ans d'efforts. Et tout cela pour qu'une méduse m'attende une nuit dans la rue et me saute dessus…


On croit comprendre alors que, depuis toujours, le narrateur est obsédé par des souvenirs confus dont il se protège tant bien que mal, comme sans doute l'auteur lui-même le fait au travers de l'écriture.
Parmi d'autres qui, tous, mériteraient un commentaire, un personnage essentiel revient sans cesse en la personne du père, mystérieux, insaisissable, toujours rencontré de façon furtive, dans des cafés anodins, jusqu'à ce qu'il disparaisse définitivement, laissant seulement derrière lui un carnet d'adresses que son fils va utiliser pour mener à bien ses recherches, après le lui avoir dérobé.
Car le livre s'achève de façon presque positive, apaisée, malgré les multiples rencontres avortées, les longues attentes, les rendez-vous manqués…


J'ai aimé cette errance si typique de Modiano dans son Paris nocturne, brumeux, pluvieux, mais attirant. L'écriture fluide, retenue, rend parfaitement la distanciation qu'on perçoit en permanence à la fois de la part de l'auteur, du narrateur (qui s'exprime à la première personne) et du jeune homme accidenté en quête de lui-même.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10253
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Ven 31 Oct - 16:20

J'espère ne lasser personne  Laughing en citant quelques extraits révélateurs  à mes yeux du contenu de Accident nocturne :


Citation :
Paris est une grande ville mais je crois que l'on peut y rencontrer plusieurs fois la même personne et souvent dans les lieux où cela paraîtrait le plus difficile : le métro, les boulevards… Une, deux, trois fois, on dirait que le destin – ou le hasard - insiste, voudrait provoquer une rencontre et orienter votre vie vers une nouvelle direction, mais souvent vous ne répondez pas à l'appel. Vous laissez passez ce visage qui restera pour toujours inconnu et vous en éprouvez un soulagement, mais aussi un remords.


L'oubli finit par ronger des pans entiers de notre vie et, quelquefois, de toutes petites séquences intermédiaires. Et dans ce vieux film, les moisissures de la pellicule provoquent des sautes de temps et nous donnent l'impression que deux événements qui s'étaient produits à des mois d'intervalle ont eu lieu le même jour et qu'ils étaient même simultanés.


[…] Sensation de glisser dans un monde parallèle.

et encore :


Citation :
Quelle structure familiale avez-vous connue ?
J'avais répondu : aucune.
Gardez-vous une image forte de votre père et de votre mère ?
J'avais répondu : nébuleuse.
Vous jugez-vous comme un bon fils (ou fille) ? Je n'ai jamais été un fils.
Dans les études que vous avez entreprises, cherchez-vous à conserver l'estime de vos parents et à vous conformer à votre milieu social ?
Pas d'études. Pas de parents. Pas de milieu
social.
Préférez-vous faire la révolution ou contempler un beau paysage ?
Contempler un beau paysage.
Que préférez-vous ? La profondeur du tourment ou la légèreté du bonheur ?
La légèreté du bonheur.
Voulez-vous changer la vie ou bien retrouver une harmonie perdue ? Retrouver une harmonie perdue. 


_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22716
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Sam 1 Nov - 6:08

coucou ma Nic ! non, moi tu ne me lasses pas ! mais bizarrement, en ce moment, je n'ai pas envie de lire du Modiano.
Pourtant, tu es convaincante ! flower  alors, je verrai plus tard....
merci pour ton compte rendu brillant et clairement exposé Bravo

Nic a écrit:


. Cette quête se déroule interminablement au fil des rues


au fil des rues : c'est peut être ça qui me gêne chez Modiano : ces descriptions minutieuses des rues, des lieux, comme si il voulait intégrer un plan de Paris dans chacun de ses livres.... ça me lasse un peu.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22716
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Sam 1 Nov - 6:13

Tiens, par exemple, ce que citait SAPHO, plus haut sur ce fil :

Le décor, le casting et la trame sont des refrains connus, de ceux qui, à chaque fois, ravissent les fans et hérissent les autres.
La visite quasi-obsessionnelle de Paris, ses arrondissements, ses rues, ses places, ses lignes de métro, pourraient tourner à l’auto-pastiche
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Arundathi



Féminin
Nombre de messages : 1867
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Sam 1 Nov - 7:37

J'avais lu "rue des boutiques obscures" il me semble, il y a quelques décennies ! Bon, j'ai cherché dans mes bibliothèques, je ne retrouve plus ! Embarassed Tu ne lasses personne évidemment ! Au contraire je reprendrai bien quelques unes de tes lectures citées plus haut. A voir, j'ai tellement de retard dans mes listes ! Smile

Merci pour toutes ces infos ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10253
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Sam 1 Nov - 9:08

Merci les amies menina menina 
Je ne suis pas une fan de Modiano ; il m'a parfois lassée ; ce roman, court, a retenu mon attention et je l'ai lu avec plaisir jusqu'au bout. Il me semble que, au moins dans ce livre - il faudrait que j'en reprenne d'autres comme Rue des boutiques obscures - il n'y a pas à proprement parler de description minutieuse de Paris, plutôt l'évocation d'une ambiance avec des détails peu nombreux mais judicieusement choisis ; c'est là que je vois un talent certain devant lequel je m'incline Smile .

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8169
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Ven 14 Nov - 15:55

LIVRE LU: VILLA TRISTE





Quand ils passaient la nuit à la Villa triste, Yvonne et Victor s'efforçaient de ne pas remuer du tout. Mais on sent bien que la sérénité n'était qu'un leurre. Des années après, le narrateur retourne dans la ville d'eaux et invoque, par intermittence, le souvenir nostalgique et lucide de sa relation avec Yvonne, des gens qui gravitaient autour d'eux, des extravagances de Meinthe, fantôme qui nous guide dans les rues aujourd'hui endormies... Mais ce qui ressurgit avant tout, c'est l'angoisse inexplicable de Victor, qu'il avait espéré apaiser en séjournant dans cette station thermale reculée, à proximité de la Suisse.
Modiano s'appuie sur une langue fluide parsemée de petites formules moqueuses pour donner un tour grave et, malgré tout, léger à son roman. Grâce à cet équilibre habile, il esquisse les contours d'un homme en quête de repères pour supporter sa mémoire, tout comme il était, jeune, en quête d'immobilité et de racines. Et si les estivants de l'époque, ridicules et artificiels, ne sont pas tout à fait détestables, peut-être est-ce parce que le mystère qui plane donne un caractère intangible à cet été lointain. 




Modiano garde dans ce livre son style dépouillé, simple et clair mais  cependant évocateur ,poétique et fin.
Je ne sais pas comment il fait: est-ce l'enchainement des phrases, les ellipses de son écriture, ses interstices dans lesquels on peut se déployer?
Je ne sais , mais son style est magique .
Il écrit la nostalgie sans vague, le malaise, l'incertitude avec brio.
Villa triste me laisse des "images " plein la tête ...
On peut ne pas aimer, mais on ne peut nier sa force littéraire
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Arundathi



Féminin
Nombre de messages : 1867
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Ven 14 Nov - 17:07

"Villa Triste" ... le titre n'est déjà pas triste ! A suivre donc ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8169
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: INTERVIEW   Lun 8 Déc - 15:37

Sur le point d’achever un livre, il vous semble que celui-ci commence à se détacher de vous et qu’il respire déjà l’air de la liberté, comme les enfants, dans la classe, la veille des grandes vacances. Ils sont distraits et bruyants et n’écoutent plus leur professeur. Je dirais même qu’au moment où vous écrivez les derniers paragraphes, le livre vous témoigne une certaine hostilité dans sa hâte de se libérer de vous. Et il vous quitte à peine avez-vous tracé le dernier mot. C’est fini, il n’a plus besoin de vous, il vous a déjà oublié. Ce sont les lecteurs désormais qui le révéleront à lui-même. Vous éprouvez à ce moment-là un grand vide et le sentiment d’avoir été abandonné. Et aussi une sorte d’insatisfaction à cause de ce lien entre le livre et vous, qui a été tranché trop vite. Cette insatisfaction et ce sentiment de quelque chose d’inaccompli vous poussent à écrire le livre suivant pour rétablir l’équilibre, sans que vous y parveniez jamais. À mesure que les années passent, les livres se succèdent et les lecteurs parleront d’une «œuvre». Mais vous aurez le sentiment qu’il ne s’agissait que d’une longue fuite en avant.

Oui, le lecteur en sait plus long sur un livre que son auteur lui-même. Il se passe, entre un roman et son lecteur, un phénomène analogue à celui du développement des photos, tel qu’on le pratiquait avant l’ère du numérique. Au moment de son tirage dans la chambre noire, la photo devenait peu à peu visible. À mesure que l’on avance dans la lecture d’un roman, il se déroule le même processus chimique. Mais pour qu’il existe un tel accord entre l’auteur et son lecteur, il est nécessaire que le romancier ne force jamais son lecteur – au sens où l’on dit d’un chanteur qu’il force sa voix – mais l’entraîne imperceptiblement et lui laisse une marge suffisante pour que le livre l’imprègne peu à peu, et cela par un art qui ressemble à l’acupuncture où il suffit de piquer l’aiguille à un endroit très précis et le flux se propage dans le système nerveux.

Cette relation intime et complémentaire entre le romancier et son lecteur, je crois que l’on en retrouve l’équivalent dans le domaine musical. J’ai toujours pensé que l’écriture était proche de la musique mais beaucoup moins pure que celle-ci et j’ai toujours envié les musiciens qui me semblaient pratiquer un art supérieur au roman – et les poètes, qui sont plus proches des musiciens que les romanciers. J’ai commencé à écrire des poèmes dans mon enfance et c’est sans doute grâce à cela que j’ai mieux compris la réflexion que j’ai lue quelque part: «C’est avec de mauvais poètes que l’on fait des prosateurs.» Et puis, en ce qui concerne la musique, il s’agit souvent pour un romancier d’entraîner toutes les personnes, les paysages, les rues qu’il a pu observer dans une partition musicale où l’on retrouve les mêmes fragments mélodiques d’un livre à l’autre, mais une partition musicale qui lui semblera imparfaite. Il y aura, chez le romancier, le regret de n’avoir pas été un pur musicien et de n’avoir pas composé «Les Nocturnes» de Chopin.

Le manque de lucidité et de recul critique d’un romancier vis-à-vis de l’ensemble de ses propres livres tient aussi à un phénomène que j’ai remarqué dans mon cas et dans celui de beaucoup d’autres : chaque nouveau livre, au moment de l’écrire, efface le précédent au point que j’ai l’impression de l’avoir oublié. Je croyais les avoir écrits les uns après les autres de manière discontinue, à coups d’oublis successifs, mais souvent les mêmes visages, les mêmes noms, les mêmes lieux, les mêmes phrases reviennent de l’un à l’autre, comme les motifs d’une tapisserie que l’on aurait tissée dans un demi-sommeil. Un demi-sommeil ou bien un rêve éveillé. Un romancier est souvent un somnambule, tant il est pénétré par ce qu’il doit écrire, et l’on peut craindre qu’il se fasse écraser quand il traverse une rue. Mais l’on oublie cette extrême précision des somnambules qui marchent sur les toits sans jamais tomber.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10253
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Lun 8 Déc - 17:53

Des propos justes et sensibles qui me touchent particulièrement. Merci, Sapho, de nous avoir offert ces réflexions si fines de Modiano.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22716
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Lun 8 Déc - 18:09

c'est vraiment joli ce qu'il dit ! flower
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8169
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Lun 8 Déc - 19:42


C'est vrai NIC, j'ai pensé à toi en lisant cet interview.

J'ai pensé que c'était comme cela que tu voyais ton rôle d'écrivain.....je me suis dit : Nic aurait pu écrire cela

study study study
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10253
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Lun 8 Déc - 20:09

Je crois que tous ceux qui écrivent éprouvent ce genre d'impressions mais Modiano l'exprime très joliment, comme le remarque Ysou. Toutefois, si moi aussi, j'ai souvent opéré un rapprochement entre l'écriture et la musique, je n'ai jamais regretté de "n’avoir pas été un pur musicien et de n’avoir pas composé «Les Nocturnes» de Chopin." J'ai plutôt tendance à penser : à chacun sa partition ! J'essaie de jouer la mienne le mieux possible et il semble que mes lecteurs, d'un livre à l'autre, reconnaissent ma "musique", ce qui reste un mystère pour moi. Laughing

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22716
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Lun 8 Déc - 20:32

"et qu'en termes choisis, ces choses là sont dites" ma Nic Bravo
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Arundathi



Féminin
Nombre de messages : 1867
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Lun 8 Déc - 21:02

J'apprécie  vivement cette  interview ! Bien exposé. Merci  chère Sapho pour ce partage.  menina
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Mar 9 Déc - 14:36

Nicamic a écrit:
Je crois que tous ceux qui écrivent éprouvent ce genre d'impressions mais Modiano l'exprime très joliment, comme le remarque Ysou. Toutefois, si moi aussi, j'ai souvent opéré un rapprochement entre l'écriture et la musique, je n'ai jamais regretté de "n’avoir pas été un pur musicien et de n’avoir pas composé «Les Nocturnes» de Chopin." J'ai plutôt tendance à penser : à chacun sa partition ! J'essaie de jouer la mienne le mieux possible et il semble que mes lecteurs, d'un livre à l'autre, reconnaissent ma "musique", ce qui reste un mystère pour moi. Laughing

 j'aurais tendance à te suivre dans ton raisonnement  Nic! je pense que ce sont deux "arts" différents ainsi que la  peinture (ce qui fait trois arts) 

j'ai retrouvé un mot que j'avais écrit après la lecture de  "une jeunesse" 

je vous  le  mets ici:


Le problème est que malgré que ce soit Modiano que j'ai bien aimé dans deux autres romans, donc malgré ça, j'ai été un peu lassée justement de ces descriptions de Paris. j'y suis née, j'y ai vécu 50 ans mais j'avais l'impression d'avoir le plan Michelin dans les mains. 
l'histoire m'a paru sans intérêt, donc j'ai lu certes, mais même pas contente de ma lecture. 

Cela dit je ne tire pas de conclusions définitives. Je lirai encore cet auteur
Revenir en haut Aller en bas
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8169
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Mar 9 Déc - 15:13


En as-tu lu d'autres MARIE?

Même si Paris est un thème qui revient de temps à autre dans les romans de Modiano, il aborde surtout les souvenirs de son passé , de son enfance, de l'absence et de la vie obscure de son père.

Les romans de Patrick Modiano sont traversés par le thème de l'absence, de « la survie des personnes disparues, l’espoir de retrouver un jour ceux qu'on a perdus dans le passé », avec le goût de l'enfance trop vite effacée. Son œuvre littéraire est d'abord construite à partir de deux thèmes majeurs : la quête de l'identité (la sienne et celle de son entourage), ainsi que l'impuissance à comprendre les désordres, les mouvements de la société. Ce qui produit un phénomène où le narrateur se trouve presque toujours en observateur, subissant et essayant de trouver un sens aux nombreux événements qui se produisent devant lui, relevant des détails, des indices, qui pourraient éclaircir et constituer une identité. Modiano (ou son narrateur) se montre parfois comme un véritable archéologue de la mémoire, relevant et conservant le moindre document, insignifiant au premier abord, afin de réunir des informations à propos de lui-même, de proches ou bien d'inconnus. Certaines pages sont travaillées de façon à sembler être écrites par un détective ou par un historiographe.
Autre obsession de Patrick Modiano, la période de l'Occupation allemande. Né en 1945, il ne l'a évidemment pas connue, mais il s'y réfère sans cesse à travers le désir de cerner la vie de ses parents durant cette période au point de se l'approprier et d'y plonger certains de ses personnages. L'évidente dualité idéologique de ses parents tend ainsi à faire émerger dans ses œuvres des protagonistes à la situation floue, aux limites et profils mal définis (notamment dans la première trilogie, dite « de l'Occupation », que composent ses trois premiers romans).
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8169
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Mar 9 Déc - 15:20

Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10253
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Mar 9 Déc - 16:02

Sapho, j'aime beaucoup ton analyse des deux thèmes majeurs de Modiano : bravo, sincèrement...
La musique de Delerm est très belle, j'apprécie particulièrement l'introduction, avant qu'il ne chante. Wink

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8169
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   Mar 9 Déc - 16:09


Dommage pour la chanson de DELERM mais il y a un décalage entre la musique et sa voix; de plus, il n'articule pas très bien.

Le volume du son doit être mis très fort ! ( et encore !)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MODIANO Patrick (France)   

Revenir en haut Aller en bas
 
MODIANO Patrick (France)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Modiano, Patrick] Dans le café de la jeunesse perdue
» Patrick Modiano
» [Modiano, Patrick] L'Horizon
» [Modiano, Patrick] Dora Bruder
» Patrick Modiano

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... francophones-
Sauter vers: