La Clef des Champs


Forum d'amitié
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 9916
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Dim 6 Avr - 20:20

Après hésitation, je vous présente ici un livre exceptionnel mais très particulier
L'auteur :
Boubacar Boris Diop, né au Sénégal en 1946, est journaliste et écrivain. Il a fait partie d'un groupe d'auteurs venus en 1998 au Rwanda, « en frères africains », pour « écrire par devoir de mémoire » sur le génocide des Tutsis en 1994.

Le livre :
Murambi, le livre des ossements est un roman publié en France en 2011 ; dans l'édition de 2014 que j'ai lue, il est suivi d'une postface de l'auteur à la fois passionnante et éclairante.
4e de couverture :

Citation :
Construit comme une enquête et un réquisitoire, avec une extraordinaire lucidité, le roman de Boubacar Boris Diop nous éclaire sur l'ultime génocide du XXe siècle mieux que tous les essais et témoignages. Avec une sobriété d'un classicisme exemplaire, l'auteur expose les faits, ses rouages et ses ressorts cachés : quelques personnages en situation, avant, pendant et après le génocide, se racontent et se croisent, s'aiment et se confessent. Jessica, la miraculée qui sait et comprend du fond de son engagement ; Faustin Casana, membre des Interahamwe ; le docteur Joseph Karekezi, notable hutu naguère modéré, qui organisa et coordonna le massacre de Murambi ; le colonel Etienne Périn, officier de l'armée française; Cornelius Karekezi enfin, qui, de retour au pays quatre ans après le drame, découvre l'épouvantable responsabilité de son père. En vrai romancier, Boubacar Boris Diop nous interdit les faux-fuyants qui voudraient folkloriser les drames africains pour mieux les oublier. En " raconteur d'éternité ", avec toute la rigueur d'un talent sans faille, il nous oblige à regarder en face notre réalité, qu'on voudrait sauve de tout autre désastre humain.


C'est un livre difficile à lire, non pas du point de vue de l'écriture qui est limpide mais du point de vue du contenu. Je n'ai jamais pu en lire plus de 5 à 6 pages à la suite (il y en a 192), tant l'émotion suscitée par le récit de ce qui s'est passé est forte. Il y a les horreurs perpétrées bien sûr mais aussi la folie qui a accompagné la tragédie, la conduite inqualifiable des responsables sur place et ailleurs, en France en particulier ; s'ajoute une réflexion sur l'inexplicable, sur le « comment vivre après » et sur la culpabilité portée par les fils des bourreaux.

Le roman se présente avec une structure éclatée, « qui s'explique, dit l'auteur, par le désir de donner à voir ou pressentir une myriade de destins individuels pendant le génocide. »
Chaque chapitre met en scène un personnage qui s'exprime à la première personne ; tous ont la parole, les victimes, les bourreaux et celui qui revient au Rwanda, pensant que toute sa famille a été exterminée, et découvre que son père, toujours en vie, fut en réalité le pire des bourreaux.

Plusieurs personnages s'imposent : Jessica, femme jeune et forte qui incarne le projet du Rwanda nouveau, Gérard qui a vu, vécu, subi l'horreur et témoigne, Cornelius, fils du « boucher de Murambi », qui revient dans son pays en toute innocence et se sentira coupable à jamais, Siméon, le vieil oncle du précédent, un sage.

Le principal mérite de ce livre est à mes yeux de transmettre de façon magistrale et précise un événement terrible, de ne rien masquer, d'inciter à réfléchir sur les causes, les faits et les conséquences.

La préface très riche accuse explicitement la France dont les soldats faisaient un barbecue et jouaient au volley sur les charniers et dont les responsables politiques armaient et formaient en toute connaissance de cause les futurs tueurs. Elle explique aussi la démarche de l'écrivain, ses objectifs, ses choix d'écriture :

Citation :
Le devoir de mémoire est avant tout une façon d’opposer un projet de vie au projet d’anéantissement des génocidaires et le romancier y a son mot à dire

Pour conclure, c'est un roman à lire, intelligent et subtil, mais il faut savoir qu'on y trouve l'insoutenable.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char


Dernière édition par Nicamic le Dim 6 Avr - 21:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Suzanne

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22713
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Dim 6 Avr - 20:35

Hier j'ai regardé un petit moment un documentaire sur les "événements" du Rwanda , j'ai fini par zapper quand c'est devenu trop dur.
C'est certain que c'est un livre à lire, mais...

_________________


ne dit rien/n'ose pas /de peur/de faire mal
et la mer/se couche à ses pieds
comme une bête aimable.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-clef-des-champs.sosblog.fr/
rotko



Masculin
Nombre de messages : 195
Localisation : nantes
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Dim 27 Avr - 10:03

je suis en train de lire ce livre polyphonique où chaque personnage raconte ce qu'il attend, vit ou va vivre. Un extrait de Diop Boubacar boris : Murambi, le livre des ossements,   Zulma 264 p.

«  A Kibango comme dans le reste du Rwanda nous allons aligner les Tutsi aux barrières et les tuer. Ce sera chacun son tour. Beaucoup d’entre eux sont en train de se réfugier dans les lieux de cultes et édifices publics. Ils croient ainsi se tirer d’affaire comme les autres fois, à l’époque de mon père. C’est leur plus grave erreur depuis longtemps. Ils nous facilitent la tâche, au contraire.


 Tuer autant de personnes sans défense, ce ne sera sûrement pas simple. A la longue ça peut devenir monotone et lassant. Le vieux se trompe : personne ne pourra empêcher nos gars de boire, de chanter et de danser pour se donner du cœur à l’ouvrage. »
Revenir en haut Aller en bas
Suzanne

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22713
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Dim 27 Avr - 10:37

Ouf ! Quel extrait ! Faut se blinder pour le lire !

_________________


ne dit rien/n'ose pas /de peur/de faire mal
et la mer/se couche à ses pieds
comme une bête aimable.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-clef-des-champs.sosblog.fr/
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 9916
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Dim 27 Avr - 10:48

Suzanne a écrit:
Ouf ! Quel extrait ! Faut se blinder pour le lire !

C'est vrai pour tout le livre. Pourtant, il n'y a aucune complaisance dans l'horreur et le morbide. Je trouve que les choix d'écriture de l'auteur sont à la fois judicieux et subtils.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22213
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Dim 27 Avr - 11:31

hé bé tant pis ! le lirait pas ! l'extrait m'a suffi ....... Sad
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
rotko



Masculin
Nombre de messages : 195
Localisation : nantes
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Jeu 1 Mai - 17:38

merci à Nicamic d'avoir signalé cet ouvrage qui m'a fait, on s'en doute une très forte impression !

boubacar Boris Diop, Murambi, le livre des ossements, chez Zulma

Comme Boubacar Boris Diop, Gil Courtemanche était journaliste, et il avait choisi d’écrire un roman pour raconter le génocide du Rwanda : la multiplicité des personnages et  la diversité des positions ne permettait pas, à ses yeux, de rendre la complexité des situations. 'Un dimanche à la piscine à Kigali de Gil Courtemanche

Sur le même terrain, Jean Hatzfeld a donné la parole aux protagonistes Hutu et Tutsi, y compris dans son troisième ouvrage, Englebert des collines, 112 p chez Gallimard, pour faire comprendre ce qu’on étiquette trop facilement du mot « indicible ».

« Tout cela est absolument incroyable. Même les mots n’en peuvent plus. Même les mots ne savent plus quoi dire ».

Or il faut écouter les personnages, dans les liens qui existent entre eux, dans leur positions respectives, si  choquants que nous paraissent leurs propos, ou les motivations de leurs actions : Ainsi ce que découvre Cornélius, sur le rôle assumé par son père, figure centrale de l’organisation des massacres :

« Après un génocide, le vrai problème ce ne sont pas les victimes mais les bourreaux. Pour tuer près d’un million de personnes en trois mois, il a fallu beaucoup de monde. Il y a eu des dizaines ou des centaines de milliers d’assassins et la plupart étaient de braves pères de famille. Et toi tu es  juste le fils de l’un d’eux »

Ainsi vit-on de l’intérieur, acteurs et victimes mêlés,  victimes en précaires sursis, survivants rongés par la culpabilité ou tentés par la vengeance, aux premiers stades du drame, pendant  les opérations, ou l’épilogue : comprendre les mécanismes malgré des discours français qui viseraient à dédouaner les gouvernements de  « l’épisode Turquoise »…

Dans le livre de Boubacar Boris Diop, des acteurs aussi inattendus que des docteurs et des religieux sont au premier plan des tueries, et on entend des propos dont le cynisme (ingénu ?) glace davantage d’horreur que des scènes effrayantes ( d’ailleurs généralement évitées dans le récit)

Voici les plaintes des massacreurs :

« Nous avons peut-être sous estimé l’effort physique que cela représente de tuer tant de gens à l’arme blanche. Ceux qu’ils veulent éliminer ne leur facilitent pas la tâche et on les comprend. Ils courent, ils crient, ils s’accrochent aux bras des interfaçage essaient de les soudoyer par divers moyens, brefs ils font tout pour prolonger leur existence de deux ou  trois misérables minutes. C’est absurde et même mystérieux dans, un sens, cet acharnement à vivre, mais c’est ainsi. Nos ennemis ne veulent pas comprendre la situation : nous ne plaisantons pas, et ils n‘ont aucune chance. En fin de compte, ils mettent à vif les nerfs de nos gars et diminuent chaque jour leur potentiel physique… »
 

Et voici la formulation résolue du bourreau, sûr de détenir une vérité qui implique à ses yeux la mort du prochain :

 « Mon unique foi est la vérité. Je n’ai pas d’autre Dieu. La plainte du supplicié n’est que ruse du diable. Elle veut obstruer le souffle du juste et empêcher sa volonté de se réaliser. »

On  ne peut rester insensible à de tels comptes-rendus et professions de foi. C’est pourquoi ce genre d’ouvrage est à lire puisqu’il nous questionne.

On entend aussi des propos qui, conscients des drames, ne prônent pas la capitulation ou la résignation , comme la voix de Siméon.

« Il n’existe pas de mots pour parler aux morts […] Ils ne se lèveront pas pour répondre à tes paroles. Ce que tu apprendras là-bas, c’est que tout est bien fini pour les morts de Murambi. Et peut être respecteras tu encore mieux  la vie humaine [...] nous ne savons même pas à que jeu elle joue avec nous, la vie, mais nous n’avons rien d’autre. C’est la seule chose à peu près certaine sur cette Terre. »


On s’étonnera aussi que le premier génocide ( l’holocauste ) et le troisième (le génocide  des tutsi) donnent lieu à ces récits nécessaires, alors que le 2e, le génocide arménien, soit, à ma connaissance,  bien peu présent dans les relations en langue française.
Revenir en haut Aller en bas
Arundathi



Féminin
Nombre de messages : 1867
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Jeu 1 Mai - 17:47

Voila encore un que je vais rajouter à ma liste ! salut rotko, merci de nous rendre visite cela fait plaisir !  Smile
Revenir en haut Aller en bas
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22213
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Jeu 1 Mai - 17:48

Rotko a écrit:
On  ne peut rester insensible à de tels comptes-rendus et professions de foi. C’est pourquoi ce genre d’ouvrage est à lire puisqu’il nous questionne.

lire, se "documenter", être questionné personnellement par "ça".
mais c'est un questionnement qui n'appelle pas de réponse ! je dirais presque un questionnement stérile .... au delà de l'horreur, du déni qu'engendre souvent une telle lecture, y a-t-il quelqu'un pour expliquer ces choses-là ?
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Arundathi



Féminin
Nombre de messages : 1867
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Jeu 1 Mai - 17:53

Je pense que c'est justement parce-qu’il nous questionne qu'il est bon de s'informer ! de surcroît si les choix d'écriture de l'auteur sont bons, d'après nic, je le lirai un jour prochain probablement !
Revenir en haut Aller en bas
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22213
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Jeu 1 Mai - 18:00

les nazis aussi pouvaient parler de leur "engagement", de leur croyance en ce qu'ils faisaient, ils n'éprouvaient aucun remord, aucune émotion en expliquant tranquillement leurs "faits d'armes". Le monde entier était pétrifié d'horreur.
Il faudrait tenter de comprendre ces autres bourreaux, qui, eux-aussi, racontent ?
C'est très bien de se questionner, de se mettre à l'écoute.... mais expliquer tranquillement ...


« Nous avons peut-être sous estimé l’effort physique que cela représente de tuer tant de gens à l’arme blanche. Ceux qu’ils veulent éliminer ne leur facilitent pas la tâche et on les comprend. Ils courent, ils crient, ils s’accrochent aux bras des interfaçage essaient de les soudoyer par divers moyens, brefs ils font tout pour prolonger leur existence de deux ou  trois misérables minutes. C’est absurde et même mystérieux dans, un sens, cet acharnement à vivre, mais c’est ainsi. Nos ennemis ne veulent pas comprendre la situation : nous ne plaisantons pas, et ils n‘ont aucune chance. En fin de compte, ils mettent à vif les nerfs de nos gars et diminuent chaque jour leur potentiel physique… »

cette citation me hache menu ! (zut, j'écris en gras ?) Je me dis que je ne suis pas normale de ne pas comprendre ses soucis d'intendance, au mec qui dit "ils mettent à vif les nerfs de nos gars....", j'ai l'impression d'halluciner !
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22213
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Jeu 1 Mai - 18:08

Arundathi a écrit:
Je pense que c'est justement parce-qu’il nous questionne qu'il est bon de s'informer !

s'informer, je veux bien, mais arriver à lire sans se mettre à hurler... je ne promets rien.
Nous vivons dans un monde dit "civilisé" Arun, que ces ethnies toujours en guerres tribales s'affrontent, cela peut se concevoir, mais cette tuerie à grande échelle que les acteurs justifient tranquillement ... en expliquant toujours tranquillement, les petits problèmes que "les massacrés" ont créé en refusant de mourir..... pale
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22213
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Jeu 1 Mai - 18:11

d'abord, Rotko, explique moi, dis-moi ce qu'il faut tenter de comprendre, au delà de l'info pure et dure ?
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 9916
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Ven 2 Mai - 0:07

Citation :
Le principal mérite de ce livre est à mes yeux de transmettre de façon magistrale et précise un événement terrible, de ne rien masquer, d'inciter à réfléchir sur les causes, les faits et les conséquences.

Je me permets de reprendre ce que j'ai écrit plus haut. Pareille réflexion n'est jamais inutile, à mon sens, et même s'impose, non seulement pour tenter de comprendre comment les hommes peuvent en arriver là mais aussi pour que des réalités ne soient jamais occultées et enfin pour que les conséquences soient clairement mises en évidence puisqu'elles concernent tout un chacun, dans le monde entier, hier comme aujourd'hui et demain.

Merci, Rotko, pour ton analyse toujours aussi subtile et tes élargissements à d'autres oeuvres. J'étais persuadée que tu trouverais un grand intérêt à cet ouvrage difficile.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22213
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Ven 2 Mai - 8:23

Nicamic a écrit:
seulement pour tenter de comprendre comment les hommes peuvent en arriver là mais aussi pour que des réalités ne soient jamais occultées et enfin pour que les conséquences soient clairement mises en évidence puisqu'elles concernent tout un chacun, dans le monde entier, hier comme aujourd'hui et demain.

d'accord, d'accord, ma Nic, je vais le lire ! toi et Rotko vous m'avez convaincue ! study 
j'avais pensé, d'ore et déjà, que ces hommes là se sont transmis entre eux une pensée "unique" : éradiquer l'autre ethnie sans état d'âme, pour des raisons qui leurs sont propres, et ce, depuis des temps immémoriaux.
à savoir ce que sont ces raisons, ce qui les a fait émerger, leur cheminement au fil du temps, le pourquoi de cet acharnement, la déshumanisation de cette idée primordiale pour eux.... je suppose que l'on trouve des réponses dans leur "histoire" ?
ça ne peut se justifier par une comparaison à la prédation animale, puisque celle ci est la résultante du besoin de manger...
je vais le lire dès que je le pourrai. Voilà !
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 9916
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Ven 2 Mai - 9:27

Chère Ysandre, ta sensibilité est telle que je comprends très bien à quel point pareille lecture te demandera un gros effort. Ce fut mon cas également (je n'ai pu lire qu'à petites doses). Et nous ne sommes pas les seules, c'est certain...
L'auteur ne prétend pas apporter toutes les réponses, cependant il contribue à éclairer des aspects troubles et confus de ce sinistre moment de l'Histoire : personnellement, j'ai apprécié sa manière de donner la parole aux victimes, aux bourreaux et aux "héritiers" des premières (ce qui paraît logique et naturel) et surtout des seconds (ce qui l'est moins). Je pense aussi qu'il fait preuve d'une honnêteté intellectuelle appréciable en un temps justement où la partialité est souvent de mise.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22213
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Ven 2 Mai - 9:32

merci ma Nic  menina 
tu as raison, l'honnêteté intellectuelle est vraiment très rare ! c'est plutôt la partialité qui est de mise !
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 7927
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Mer 11 Fév - 19:27


Je viens de terminer ce livre ainsi que tous vos compte-rendus !

Que rajouter de plus?

B. B. Diop nous livre un roman, fait de récits croisés qui entremêlent – avant, pendant, après – les événements ; différents acteurs : ceux qui tuent « les cancrelats », la résistance politique, les agitations sombres des diplomaties, ceux qui organisent et planifient les 100 jours du Rwanda, et ses implacables résultats : 10.000 morts par jour, sans trêve aucune…
Beaucoup de personnages, quelques lieux, rencontrés dans un « envoyé spécial », un soir ou l’autre : Kigali, et l’écho de Radio – collines, Murambi, 45.000 exécutés dans l’école technique, attirés dans une nasse; Nyamata, et l’église des 25.000 massacrés qui attendent, laissés en l’état, notre regard : « des ossements étaient entassés sur une longue table recouverte de sable fin. A une extrémité, se dressait un corps bien conservé, presqu’intact ».
Difficile de sélectionner, mais on pourrait garder trois personnages, dominant le roman, se répondant, Jessica, le projet du nouveau Rwanda, haute figure de femme ; Gerard, celui qui a vu, subi, et qui témoigne ; c’est un Rwanda qui se trouve dans l’obligation de s’accommoder de son histoire ; Cornélius, enfin, revenu de son exil, fils du boucher de Murambi, au croisement bourreau / victime ; celui qui ne dort plus… un prof d’Histoire, un innocent qui veut sentir à nouveau son pays natal : « le parfum de la feuille de goyavier et le son clair et pur de la flûte ».
Rwanda, étrange pays, s’il en est, où il y a le génocide et son après, au même croisement du chemin : « un peu plus tard, la ville dormait. Cornelius savait par expérience que c’était pour les habitants de Murambi le moment le plus difficile, celui où les souvenirs amers remontent… peut-être avaient-ils, tôt le matin, au coin d’une rue, aperçu l’homme qui avait égorgé sous leurs yeux, quatre ans plus tôt, tous les membres de leur famille… ».
La riche postface de 2011 cible deux axes : la responsabilité de plus en plus bruyante de la diplomatie française – des soldats jouaient au volley sur les charniers – et l’expérience unique d’écrire et d’enquêter sur un tel sujet : « je suis allé au Rwanda pour écrire un roman, et l’Histoire m’a rattrapé… », mais, peut-on écrire sur le Rwanda, autrement que sous forme de reportage ? Le roman n’est-il pas quelque part inadapté ?
« Le devoir de mémoire est avant tout une façon d’opposer un projet de vie au projet d’anéantissement des génocidaires et le romancier y a son mot à dire », ponctue pourtant ce frère africain sénégalais qu’est B. B. Diop.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 9916
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Mer 11 Fév - 19:44

Ce que tu rajoutes est parfait, chère Sapho. Ton ressenti rejoint le nôtre et tu l'exprimes d'une façon qui me parle. Ta dernière phrase-citation, reprenant l'idée que le romancier "a son mot à dire", me touche beaucoup.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 7927
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Mer 11 Fév - 19:50


Pour celles qui ont lu ce livre de B.B.DIOP, je conseille également le très bon livre de JEAN HARTZFELD : LA SAISON DES MACHETTES

study study study
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22213
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   Mer 11 Fév - 22:17

J'ai retenu il y a peu, "Murambi, le livre des ossements". Quand je l'ai commandé à Nicole, responsable de la bibliothèque, elle m'a demandé si je connaissais quelqu'un qui l'avait lu, je lui ai dit oui, et elle m'a dit : "c'est un homme ou une femme", "un homme et une femme". Alors elle m'a avoué qu'elle avait été incapable de le lire entièrement.
Je ne suis pas sûre d'y arriver non plus.....
mais je vais essayer.

Parce que, bien sûr, je peux lire des trucs atroces, du Stephen King, que sais je encore ? mais "ça", c'est vrai ! ça s'est passé il y a peu, avec des gens comme moi, comme nous.... ce sera sans doute pire que le pire thriller que j'ai jamais lu.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Boubacar Boris DIOP (Sénégal/France)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boubacar Boris DIOP (Sénégal)
» BOUBACAR BORIS DIOP ( d'origine sénégalaise )
» [Zaïtsev, Boris] Anna
» [Cyrulnik, Boris] Les vilains petits canards
» [Cyrulnik, Boris] un merveilleux malheur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... francophones-
Sauter vers: