La Clef des Champs

La Clef des Champs

Forum d'amitié
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Emmanuelle BAYAMAK-TAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko



Masculin
Nombre de messages : 195
Localisation : nantes
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Emmanuelle BAYAMAK-TAM   Jeu 15 Mai - 11:16

« Si tout n'a pas péri avec mon innocence » de Emmanuelle Bayamack-Tam, chez POL, 444 p.

La lecture est aisée, et intéressante car la jeune narratrice, d’environ quinze ans, ne mâche pas ses mots et décrit une situation familiale peu banale.

 D’abord choyée  pendant son enfance,  Kim se sent délaissée par les membres de sa famille : la grand-mère radote sur l’ Algérie qu’elle a dû quitter, le père s’occupe de tatouages, la mère, persuadée d’avoir une plastique du tonnerre malgré ses accouchements, s’exhibe dans des cabarets, avec plus ou moins  de bonheur, selon l’humeur du public…

Deux frères plus jeunes que la narratrice partagent avec elle des jeux et des soucis, l’un d’entre eux, roux et malingre, semble être un souffre-douleur tout désigné pour ses camarades, en dépit de ses efforts pour se montrer amical.

Quant à notre jeune fille, elle ne cache pas au lecteur ses petites aventures, au lecteur seulement, car les moqueries de sa famille lui ont appris à se taire.

N’en disons pas plus ! 

Le livre est tendre, violent, émouvant, et drôle, il se lit d’une traite ou presque, car  l’intérêt est sans cesse relancé, par des rencontres ou des expériences inattendues. 

Pas question d’abandonner un tel récit en route, on est dans le train en vitesse de croisière. 

Si pour certains la fin semble relativement facile, comme si  l’auteure tirait sur des ficelles,  Kim plaira aux adolescents pour la liberté de son langage,  Baudelaire est lu et cité sans modération.

A la fin du livre, on pensera que la poésie peut sortir une ado d'un milieu difficile, forme de credo d'une enseignante non blasée ou résignée.
Revenir en haut Aller en bas
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10999
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Emmanuelle BAYAMAK-TAM   Mar 20 Mai - 23:27

Un roman que je lirais volontiers..

A propos de la poésie :
Rotko a écrit:
Baudelaire est lu et cité sans modération.
A la fin du livre, on pensera que la poésie peut sortir une ado d'un milieu difficile, forme de credo d'une enseignante non blasée ou résignée.

J'ai relevé cet extrait d'interview de l'auteur:
Citation :
Moi, au collège, je préférais Baudelaire. C’est par lui que je suis venue à la poésie. Les Fleurs du mal ont été mon premier achat personnel, avec mes sous, une édition de poche trouvée dans une librairie de Marseille qui n’existe plus. Mais si Kim dit qu’il y a un Baudelaire pour chaque situation, je dirais, moi, qu’il y a un Hugo pour chaque situation. J’ai redécouvert son lyrisme en travaillant sur ce livre. Je peux faire pleurer un élève en lui récitant des vers des Contemplations. Je ne peux pas le faire avec les Fleurs du mal. La mort, chez Hugo, c’est du vécu. De même que l’émotion amoureuse et la montée du désir. Baudelaire reste mon préféré : les Bijoux,le Beau Navire,le Serpent qui danse,Moesta et Errabunda. Mais il met l’émotion à distance. Je tenais à ce que tous ces poèmes circulent dans le roman sans discontinuité, sans guillemets, parfois légèrement déformés, comme dans une tapisserie. Je les ai enseignés à l’école. C’est du Lagarde et Michard, une érudition tout à fait classique.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24026
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Emmanuelle BAYAMAK-TAM   Lun 25 Jan - 7:44

hé bien, ma Nic, je l'ai enfin trouvé et suis entrain de le lire. C'est un pur délice !
Je donnerai mes impressions dès qu'il sera terminé.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24026
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Emmanuelle BAYAMAK-TAM   Lun 22 Fév - 22:29

hé bé ! l'Ysou, t'en mets du temps à donner tes impressions ..... siffle

oh toi, le lémurien, occupe toi de ta queue !  elle a besoin d'être brossée ! hautain  (à parté)




Rotko a raison, elle ne mâche pas ses mots, la gamine : il ne faut pas être "coincé" pour lire ce livre.

La poésie change la vie : conscience, révolte, beauté, amour. Kimberly, dite Kim, découvre très tôt Baudelaire. Le seul Charles qui vaille". D’autres suivent : Rimbaud, Hugo, Boileau, Villon. Ils l’animent et l’éclairent dans les situations les plus violentes de la vie. Ces situations sont décrites avec une élégance et une férocité d’autant plus comiques qu’elles ne sont pas drôles.
Kim vit dans une famille nombreuse dont les parents sont des bêtes égoïstes. La mère a un bec-de-lièvre opéré, mais encore un peu visible.  Elle fait du strip-tease dans des clubs minables. Ses enfants ne semblent l’intéresser que dans la mesure où ils peuvent obtenir la célébrité spectaculaire qui lui manque. Le titre "si tout n'a pas péri avec mon innocence" est une phrase des Métamorphoses  d’Ovide.
Kim est une créature du monde d’Emmanuelle Bayamack-Tam : adolescente en état de colère et de minorité, une morsure flottante  à sexualité indéterminée. Elle prend vite conscience de la méchanceté des enfants en groupe, de l’agressive indifférence des adultes. A 9 ans, elle veut être un garçon. Plus tard, elle aime sa prof de natation synchronisée. Plus tard, son petit frère se pend. Davantage que ses parents, elle en ressent une cruelle souffrance,  des remords aussi, se reprochant de ne l'avoir pas assez défendu, lui, le petit rouquin, tête de turc de ses camarades d'école.
 Elle baise beaucoup, puis ne veut plus de sexe, puis se prostitue chez Gladys Esperandieu, formidable vieille femme indigne, ancienne sage-femme qui avait aidé sa grand-mère à accoucher de sa mère. Kim accueille "ses clients" avec une belle indifférence tandis que le perroquet de Gladys, nommé Oreste, crie des chansons paillardes. Finalement, elle tombe amoureuse d’une splendide négresse meurtrie, répondant au doux prénom de Charonne. " Si la chair n’est pas triste, le corps est picaresque."


J'ai aimé énormément ce livre et cette Kim, un peu inconsciente dont la "différence" excuse beaucoup de choses.
Le style est riche, l'écriture fluide. Elle déteste sa mère qui "le vaut bien" ! se fraie un chemin à coups de serpe dans une vie du chacun pour soit, du paraître et de l'indifférence où elle étincelle comme un diamant !
(Je ne sais pas si vous pouvez le lire, les filles, c'est très cru et malpoli par moments... mais à mon sens, pas vulgaire.)




J'ai aimé énormément ce livre et cette Kim, un peu inconsciente dont la "différence" excuse beaucoup de choses.
Le style est riche, l'écriture fluide. On n'a pas envie de s'arrêter lorsque l'on a commencé.
ça m'a fait ça ! Lire
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10999
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Emmanuelle BAYAMAK-TAM   Lun 22 Fév - 23:36

Merci Ysou, un livre qui sort de l'ordinaire, à n'en pas douter.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emmanuelle BAYAMAK-TAM   

Revenir en haut Aller en bas
 
Emmanuelle BAYAMAK-TAM
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rigon, Emmanuelle] Turbulent, agité, hyperactif : vivre avec un enfant tornade
» STROM (Tome 3) LA 37ème PROPHÉTIE d'Emmanuelle et Benoît de Saint Chamas
» [Maisonneuve, Emmanuelle] Tom Patate - Tome 1: La Socièté secrète des Granmanitous
» LE TEMPS DES FEMMES (Tome 1) LE SALON D'EMILIE de Emmanuelle de Boysson
» Soeur Emmanuelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... francophones-
Sauter vers: