La Clef des Champs

La Clef des Champs

Forum d'amitié
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jean ECHENOZ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko



Masculin
Nombre de messages : 195
Localisation : nantes
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Jean ECHENOZ   Mer 4 Juin - 17:46

Jean Echenoz, Caprice de la reine, 122 p chez Minuit.

Humour épris d’exactitude.

Cette courte nouvelle (Caprice de la Reine) donne son titre, à double entente, au recueil. On n’en dira pas la chute, qui pourrait être un caprice de l’auteur, mais 

- on fait avec lui un petit tour du propriétaire.

On est chez l’écrivain, il se fait son petit cinéma :

Citation :

« A droite de la main qui écrit ceci s’étend d’abord une terrasse  en carreaux de pierre synthétique grenue … »



Début qui dresse un panorama dont le visiteur goûtera - ou non, les ingrédients, des plus nobles aux plus banals, du végétal au minéral, sans oublier le règne animal. 

La progression a de quoi surprendre, puisqu’on en arrive au clou du spectacle, qui n’a rien de grandiose sur l’échelle de Richter. Mais on a eu le temps d’effectuer des rotations, d’orienter notre regard selon les précises indications du scripteur : lui, au moins ne perd pas le nord et revient à la fin sur


Citation :
« sa main qui, reprenant sa place, est en train d’achever d’écrire ceci »



- Le tour est bouclé, non sans que l’auteur, soucieux d’exactitude, ne s’interroge sur la propriété des termes qu’il emploie :

«  L’a-pic se prolonge donc par un creux que l’on pourrait qualifier de sillon, de canyon ou plus simplement de ravin. Va pour ravin »

Même scrupule pour la suite :


Citation :
«  peut-on se permettre d’avancer à son propos la dénomination de hameau, voire d’écart ?  Va pour hameau. »



Du côté des êtres vivants, sans anticiper sur la fin, on s’interroge « sur
Citation :
ce qu’il faut bien appeler des vaches ». 



Précision et  prise à témoin, le lecteur serait donc le complice de l’auteur qui mène le train de la visite :

«  Poursuivons, poursuivons », s‘exclame-t-il, tout à son affaire.

A moins que de complices, nous pensions que l’humour de l’auteur se développe à nos dépens, et qu’il nous « balade », et nous fasse « battre la campagne ».

Au diable la lecture grincheuse, on pratique donc l’empathie devant un exercice autour du rien, spectacle gratuit dont Echenoz est l’architecte malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean ECHENOZ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'écriture, un acte physique pour Jean Echenoz...
» jean Echenoz
» Jean Echenoz
» [Echenoz, Jean] Des éclairs
» [Racine, Jean] Phèdre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... francophones-
Sauter vers: