La Clef des Champs

La Clef des Champs

Forum d'amitié
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Partagez | 
 

 Guillermo MARTINEZ (Argentine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rotko



Masculin
Nombre de messages : 195
Localisation : nantes
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Lun 21 Juil - 15:29

La mort lente de Luciana B. de Guillermo Martínez

Titre original : La muerte lenta de Luciana B.

rivalités amoureuse et professionnelle entre deux polardeux.


Résumé de l'éditeur :

"Dix ans ont passé depuis que le narrateur a vu Luciana B pour la dernière fois. A l’époque, il était tombé amoureux d’elle. Bien qu'elle fût la secrétaire personnelle du célèbre auteur de romans policiers Kloster, il l'avait engagée en cachette pour taper les pages de son roman.

Aujourd’hui, il ne reste plus rien de la jeune fille gaie et séduisante qu'il a connue. Que s’est-il passé ces dernières années ? Luciana se raconte : elle a vu, tour à tour, mourir la plupart de ses proches ? [...] Luciana vit à présent dans la terreur"

Citation du narrateur, l'auteur de polar qui prend la défense de Luciana B.

« Il y a des fois dans la vie, de rares fois, où l’on perçoit le tournant fatal, vertigineux, qu’un acte dérisoire peut provoquer. Le désastre qui nous menace à la suite d’ une décision banale.

Ce soir-là je savais par-dessus tout que je ne devais pas l’écouter davantage. Et pourtant, comme incapable de résister à la force d’inertie et de compassion, ou des bonnes manières je me levai et la suivis dans la rue. »

Ce moment fatal pour le narrateur est paradoxalement un début de plaisir pour le lecteur qui va se trouver confronté à la rivalité de deux auteurs de polars, - le narrateur que Luciana appelle à son secours, et Kluster, le célèbre auteur de polars, devenu l'ennemi de Luciana B., et aux versions différentes des malheurs de Luciana B.

Le narrateur nous fait sentir le plaisir sensuel de travailler avec une jeune fille agréable à regarder, à fixer le regard sur sa nuque, à imaginer des interprétations de certaines attitudes jugées ambiguës, à se focaliser sur un aperçu de lingerie.

Les romanciers sont si imaginatifs !

Bref, le lecteur est embarqué, d’autant que la juxtaposition de la détresse actuelle de Luciana B et de sa fraîcheur passée nous intrigue, et même nous émeut.

Il s'agit donc de savoir qui dit vrai : Luciana B, victime, est-elle atteinte de la maladie de la persécution, Kloster, expert en intrigues meurtrières, est-il le bourreau de Luciana ? Comme le narrateur, on mène l'enquête.

Pour moi ce livre soulève la question du narrateur ambigu et des versions contradictoires.

Martinez remet en question la fiabilité du narrateur et oblige le lecteur à un peu de méthode.

D’une manière générale, je me pose toujours la question :
- « qui est la vraie victime ? »,
et à propos du présumé coupable,
-« avait-il un mobile ? ».

Cette question du narrateur ambigu est explicitement soulevée par Kloster, l’accusé, présumé responsable des malheurs successifs de Luciana B. Ses éventuels mobiles seront évidents pour le lecteur.

Quels sont les rapports entre Kloster et le narrateur ? ils sont de deux ordres : rivalité amoureuse, et rivalité littéraire.

- Kloster, s’il était coupable, aurait deux défis à relever : abuser le public et la police, lui l’auteur d’intrigues criminelles compliquées : sur le papier c’est toujours facile d’imaginer un assassin tout-puissant, et assuré de l’impunité. Mais qu’en est-il dans la vraie vie, avec de véritables assassinats ?

- Le deuxième défi du présumé criminel est d’affronter un enquêteur de talent, (thème fréquent dans littérature policiere cf. Maurice Leblanc : Arsène lupin contre Herlock Sholmes, ou dans l'oeuvre de Conan Doyle, Sherlock Holmes contre Moriarty), en l’occurrence le narrateur, lui aussi expert, croit-il, en affaires criminelles imaginaires.

Le fin du fin pour Kloster serait de mettre la vérité sous les yeux de son rival, comme dans "la lettre volée" d’Edgar Poe, sans qu’il sorte de son aveuglement.

Un livre remarquable, à tout point de vue
Revenir en haut Aller en bas
rotko



Masculin
Nombre de messages : 195
Localisation : nantes
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Lun 21 Juil - 15:33

je recommande également Moi aussi, j'ai eu une petite amie bisexuelle de Guillermo Martínez, 220 p. chez Nil.

Titre original : Yo también tuve una novia bisexual

j'en ferai sans doute un compte rendu car cette oeuvre mérite d'être lue, comme l'auteur, d'être connu et reconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10669
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Lun 21 Juil - 15:59

J'espère trouver un livre de cet auteur à la bibliothèque, merci Rotko.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
rotko



Masculin
Nombre de messages : 195
Localisation : nantes
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Lun 21 Juil - 16:50

je souhaite aussi que tu découvres cet auteur, intéressant et riche.

Moi aussi, j'ai eu une petite amie bisexuelle de Guillermo Martínez, 220 pages chez Nil.

Titre original : Yo también tuve una novia bisexual

Bien d’accord avec un précédent lecteur qui y voit une « relation torride entre un professeur et son élève », en même temps qu’une analyse du désir et de ses différentes formes.

Il était aussi important pour moi, après la lecture de « la mort lente de Luciana B. » de relever le conflit qui oppose Rachel et son collègue Mac Lean, à propos de la « discrimination positive ». On est dans une université de Georgie, dans le Sud profond  où la ville de RedGround est toujours marquée par l’idéologie de la discrimination raciale.

Y demeure encore une atmosphère conservatrice en tous domaines, tant pour la sexualité que dans l’apprentissage des langues : comment comprendre le faible intérêt pour la littérature espagnole dans cette  université du sud où affluent des Mexicains et des Noirs ?

Enfin la droite conservatrice prend tous les moyens, à l’occasion du 11 septembre, pour contrôler les individus et surveiller les opinions. A cet égard la CIA, comme Mac Neal,  sont des virtuoses de l’espionnage et de la manipulation.

On comprend que cet aspect séduise Guillermo Martinez dont j’admire la construction du récit, méticuleuse comme une horlogerie. Par ailleurs la sensualité très prenante du roman m’a éloigné des considérations littéraires sur le « New criticism" qui m’aurait intéressé dans un autre contexte.

Au final, un roman très chaud, d’une construction exemplaire, favorable à la libération des individus face à toutes les oppressions nationales et locales.

je le recommande "chaudement "  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Arundathi



Féminin
Nombre de messages : 1867
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Lun 21 Juil - 17:20

Encore un ouvrage qui semble intéressant ! Merci rotko ! Very Happy Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10669
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mar 12 Aoû - 19:36

J'ai trouvé à la bibliothèque Mathématique du crime  Very Happy

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8366
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Dim 17 Aoû - 14:35

 LA VERITE SUR GUSTAVO RODERER


  QUATRIEME DE COUVERTURE


Dans un bourg endormi d’Argentine, deux adolescents nouent une curieuse relation. Ils possèdent des facultés intellectuelles très supérieures à la moyenne, et le seul moteur de leur amitié est la compétition. Mais si le narrateur veut surtout se confronter à la réalité et conquérir sa place au soleil, Gustavo Roderer est un génie dévoré par une quête extraordinaire : l’élaboration d’une philosophie révolutionnaire. Cloítré chez lui, flirtant avec les drogues et maniant des idées destructrices, il cherche à repousser les limites de sa réflexion. Agacé et fasciné, son ami s’acharne à lui démontré l’inanité de ses questionnements. Ces deux brillantes intelligences s’affrontent en une lutte qui finit par devenir une question de vie ou de mort.
D’inspiration borgésienne, ce premier roman  mélange avec virtuosité suspense et métaphysique.
 J’ai compris ce roman comme un roman de dualité et qui faisait écho aux questionnements du mathématicien Guillermo Martínez. L’auteur  met en scène deux personnages : le narrateur et le fameux Gustavo Roderer. Les deux n’ont pas la même intelligence : l'un à une intelligence qui lui permet d’apprendre vite ceux que d’autres mettent longtemps à comprendre, de réutiliser, d’améliorer les choses, c’est une intelligence qui s’insère dans la vie réelle, l’autre a une intelligence de sensation : il lui manque quelque chose pour profiter de sa tête, quelque chose qu’il se propose de chercher sans répit. Je ne crois pas que l’on puisse être l’un ou l’autre. C’est pour ça que j’ai pensé que finalement c’était un peu deux côtés d’un même personnage. Entre Gustavo et la narrateur va naître  une sorte d’émulation, chacun essayant d’expliquer sa vision du monde, car ici c’est bien de ce dont il s’agit. Je n’ai pas réussi à voir si il s’agissait d’en imposer l’une par rapport à l’autre ou de les concilier. C’est la première dualité dont parle le livre.
Ensuite le narrateur décide d’étudier les mathématiques à l’université . En cela, il suit les conseils de Gustavo. Il n’étudiera pas n’importe quelle branche des mathématiques mais celle de la logique. Ce qu’il faut voir, c’est qu’en mathématiques appliquées, finalement, le but c’est de modéliser une situation réelle en la rendant abstraite vis à vis de certaines contingences. En général, on se pose la question de à quoi servent et à quoi serviront nos travaux. Les mathématiques pures, et principalement la logique à mon avis, c’est autre chose : on créé une nouvelle manière de penser, une nouvelle manière de voir les choses. On est dans l’abstraction pure. En général, ce sont souvent les logiciens qui ont besoin de devenir philosophe parce qu’ils ont besoin de se raccrocher à la vie. Et c’est ce qui passe ici. Finalement, Gustavo qui est en train de créer son système philosophique a besoin de se raccrocher au monde et cela passera par les mathématiques et inversement. Gustavo et le narrateur vont essayer de raccrocher leurs wagons. Cela passe en particulier par la démonstration d’un théorème (du mathématicien Seldon )  Ce théorème établit « fondamentalement », « l’insuffisance de tous les systèmes connus jusqu’à maintenant ». Il parle de système mathématique comme philosophique . Et c’est là que tout se complique, la vie de Gustavo doit-elle s’écrouler car vaine ou est-ce que c’est la vie du narrateur qui finalement quoi qu’il fasse n’arrivera à rien créer qui puisse tout expliquer. Finalement, chacun des deux s’en sort puisque le narrateur fera des compromissions et arrivera à vivre réellement. Gustavo lui expliquera que le théorème n’envisage que les cas de dualité,  que les systèmes philosophiques passés n’envisagent que ces cas de dualité suite à des approximations.
P.S : Théorème de SHELDON : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chat_de_Schr%C3%B6dinger : physique quantique
 Sheldon est un personnage fictif.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10669
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mar 19 Aoû - 19:13

Mathématique du crime :


 
4e de couverture :
Dans la sereine et studieuse Oxford, alors qu'enfle la rumeur de la résolution imminente du plus ardu problème des mathématiques, le théorème de Fermat, un tueur en série adresse à l'éminent logicien Arthur Seldom de mystérieux messages - fragments d'une démonstration écrite en lettres de sang... Aidé du narrateur, un jeune étudiant à peine débarqué de son Argentine natale, Seldom saura-t-il trouver la clé de l'énigme ? Mêlant adroitement la singulière atmosphère des colleges britanniques, les tourments de la passion, les abstractions de Wittgenstein et de Gödel, les mystères des sectes pythagoriciennes et les antiques secrets de la magie, Mathématique du crime, roman policier de construction classique et pourtant hors normes, nous tient en haleine jusqu'à son dénouement, un magistral acte de prestidigitation.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10669
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mar 19 Aoû - 19:19

Mathématique du crime


Mon point de vue :
Après Misere de Grangé, c’est une lecture qui m’a fait passer dans un univers bien différent ! Rien de glaçant cette fois, tout est feutré un peu à la Conan Doyle, même les crimes sont « imperceptibles », pour reprendre une expression du roman, puisqu’il n’y a pratiquement aucune trace.
Dès les premières lignes, le ton est donné :

Citation :
Dès lors que les années ont passé et que tout est tombé dans l'oubli, que m'est parvenu, en provenance d'Ecosse, un mail laconique m'annonçant la triste nouvelle de la mort de Seldom, il me semble que je peux rompre une promesse que lui, en tout cas, ne m'a jamais demandée et révéler la vérité sur les évènements qui, au cours de l'été 1993, défrayèrent la chronique dans les quotidiens anglais, avec des titres variant du macabre au sensationnel ; pourtant, Seldom et moi nous nous étions toujours référés à ces drames en évoquant simplement "la série" ou "la série d'Oxford", peut-être en raison de leurs connotations mathématiques.

Beaucoup de dialogues entre Seldom, personnage principal, et le narrateur argentin (l’étudiant) ou Petersen, le policier, pour progresser de déductions en déductions. En fait, tout le roman fonctionne comme une démonstration mathématique avec des échappées, jamais ennuyeuses, vers la conjecture de Fermat, les contributions de Wittgenstein concernant la vérité, le langage, la logique et les fondements des Mathématiques, les théorèmes d’incomplétude de Gödel, les secrets des Pythagoriciens… De telles perspectives pourraient effrayer les allergiques aux Maths mais l’auteur réussit à intriguer le lecteur, à tout expliquer de façon très claire et quasi ludique, l’intrigue trouvant son origine et ses développements dans cet univers mathématique ! Personnellement j'ai beaucoup appris sans être obligée de "me prendre la tête" !
On est constamment plongé dans une atmosphère de campus à Oxford parfaitement rendue. Jusqu’au dénouement à tiroir, je suis restée sous le charme d’une écriture précise et agréable au service d’une construction d’énigme rigoureuse. J’ai vraiment beaucoup aimé.

Pour finir, deux citations que j’ai notées parce qu’elles m’ont plu :

Citation :
Le crime parfait, écrit-il, n'est pas celui qui reste mystérieux, mais celui qui est résolu avec un faux coupable.


Ce que j'ai voulu dire, c'est qu'il existe, en mathématiques, un moment de démocratie, lorsqu'on expose, ligne après ligne, une démonstration. N'importe qui peut suivre le chemin une fois qu'il a été tracé. Mais il y a bien entendu une période d'illumination antérieure : ce que vous avez appelé le mouvement du cavalier... Seuls de rares élus, parfois un seul pendant des siècles, réussissent les premiers à percevoir le pas exact dans l'obscurité.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23348
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mar 19 Aoû - 19:40

bon, bah moi j'ai intérêt à m'inscrire fissa à la bibliothèque et à lire "chaudement" Martinez ! ......
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10669
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mar 19 Aoû - 22:26

Oh oui, Ysou, après on causera !  Very Happy

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8366
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Jeu 21 Aoû - 19:36

Tiens ma NIC, je voulais te demander si tu avais lu : LA VERITE SUR GUSTAVO RODERER?


 Je dois dire que j'ai souvent dû faire appel à internet pour comprendre les diverses incursions mathématiques dans l'histoire, ce qui m'a un peu perturbée.
 J'ai tout de même fort apprécié le rythme soutenu du roman


 study  study  study 
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10669
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Jeu 21 Aoû - 19:43

Sapho a écrit:
Tiens ma NIC, je voulais te demander si tu avais lu : LA VERITE SUR GUSTAVO RODERER?


 Je dois dire que j'ai souvent dû faire appel à internet pour comprendre les diverses incursions mathématiques dans l'histoire, ce qui m'a un peu perturbée.
 J'ai tout de même fort apprécié le rythme soutenu du roman


 study  study  study 
Non, je ne l'ai pas lu mais j'aimerais bien. Pour Mathématique du crime, comme dit plus haut, je n'ai pas eu besoin de compléments d'information pour comprendre les passages liés aux Maths et je précise que je ne suis pas mathématicienne évidemment, une littéraire pure mais fascinée quand même quelque part par cette science (mon père était un matheux, mon mari l'est aussi !).

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8366
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mar 6 Jan - 20:01


MATHEMATIQUE DU CRIME


L’intrigue est très bien menée et a réussi à me tenir en haleine pendant tout le roman. Ce qui est rare. Et je dois avouer que je n’ai pas « deviné » ni le dénouement, ni le revirement, ce qui est de plus en plus rare également. La construction de l’intrigue est ce qu’on pourrait qualifier de classique. On assiste à une enquête très classique, dans la veine des romans d’Agatha Christie et autres… pas d’effusion de sang, pas de laboratoires, pas de techniques modernes… des dialogues et des déductions. On suit le narrateur dans ses découvertes et ses déductions. On découvre Oxford, son monde, son atmosphère à travers ses yeux.

L'auteur nous plonge dans l’atmosphère lourde et feutrée du collège anglais – peut-être un peu trop « stéréotypé » mais efficace. Les références aux mathématiques sont évidemment nombreuses et il n’est pas nécessaire d’être un érudit pour les comprendre. J’aurais cependant personnellement aimé que les mathématiques soient plus présentes et impliquées dans la résolution de l’intrigue.

Un livre qu'on a difficile à quitter quand on l'a commencé !!

Bonne pioche !

study study study
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10669
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mar 6 Jan - 23:38

Sapho : alegre alegre menina menina

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8366
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mer 7 Jan - 12:12


En me relisant je constate qu'il y a plein de répétitions ! V'la que je commence à écrire comme Léa ! Suis gênée
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10669
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mer 7 Jan - 12:52

Sapho a écrit:

En me relisant je constate qu'il y a plein de répétitions ! V'la que je commence à écrire comme Léa ! Suis gênée
Je ne les ai pas remarquées, absorbée que j'étais par le contenu de ta pensée alegre  C'est vrai, tu sais ! alegre

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mer 7 Jan - 16:59

je note  merci Sapho et Nic  
je ne connais  pas du tout
Revenir en haut Aller en bas
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8366
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   Mer 29 Avr - 19:26

 LA MORT LENTE DE LUCIANA B.





Que dire de plus après la brillante explication de ROTKO !

En grand admirateur de Jorge Luis Borges (à qui il a consacré un essai) ou de son complice Adolfo Bioy Casares, Guillermo Martínez aime les livres aux sentiers qui bifurquent, les intrigues psychologiques tortueuses, les références littéraires (ici Henry James et Thomas de Quincey) ou bibliques à connotations mathématiques, les confrontations symboliques, les récits dans le récit, etc ...Cela peut ressembler parfois à de belles mécaniques bien huilées et un peu vaines – mais, au final, Guillermo Martínez maintient l’attention (la tension) et un suspense qui force à le suivre dans les pires fantasmes délirants jusqu’à un dénouement d’une ambiguïté délictueuse à souhait !
Un livre fascinant, une écriture rapide et concise; bref, un livre d'un écrivain érudit et intelligent !
A lire absolument ! I love you I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guillermo MARTINEZ (Argentine)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guillermo MARTINEZ (Argentine)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guillermo MARTINEZ (Argentine)
» Tomas Eloy MARTINEZ (Argentine)
» ÉMISSIONS DE L'ARGENTINE 2009
» [Martinez, Rodolfo] La Sagesse des Morts
» Soirée Argentine à St Paul les Dax

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ...de langues latines-
Poster un nouveau sujet   Sauter vers: