La Clef des Champs


Forum d'amitié
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Louise Erdrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Louise Erdrich   Dim 3 Aoû - 22:11

L'une de mes dernières découvertes !
L’auteur :

Louise Erdrich est née en 1954 dans le Minnesota d’un père germano-américain et d’une mère ojibwa (amérindienne). Elle a grandi dans le Dakota où ses parents travaillaient aux affaires indiennes. Auteur de poèmes et de romans pour la jeunesse et les adultes, elle a aussi écrit en collaboration avec son mari, Michael Dorris. Elle vit actuellement dans le Minnesota où elle possède une petite librairie indépendante. Ses romans mêlent fiction et ethnographie. « Mon dessein, dit-elle, c'est de raconter des histoires qui permettent de découvrir les mythes cachés dans les profondeurs du quotidien, si sombre soit-il. » 

Le livre : The round house a été publié aux Etats-Unis en 2012 puis en France, chez Albin Michel sous le titre Dans le silence du vent (joli titre mais, à mon avis, pourquoi n’avoir pas gardé La maison ronde qui colle parfaitement au contenu ? !)




4e de couverture :

Couronné en 2012 par le National Book Award, le plus prestigieux prix littéraire des Etats-Unis. Classé parmi les dix meilleurs livres de l’année 2012 par l’ensemble de la presse américaine. Un dimanche de printemps, une femme est agressée sexuellement sur une réserve indienne du Dakota du Nord. Traumatisée, Geraldine Coutts n’est pas en mesure de révéler ce qui s’est passé à la police, ni d’en parler à son mari ou à son fils de treize ans, Joe. En une seule journée, la vie de ce dernier est bouleversée. Il essaie d’aider sa mère mais elle reste alitée et s’enfonce peu à peu dans le mutisme et la solitude. Tandis que son père, qui est juge, confie la situation à la justice et à la loi, Joe perd patience face à une enquête qui piétine et il décide avec ses copains de chercher les réponses de son côté. Leur quête les mène tout d’abord dans un lieu sacré, à proximité duquel la mère de Joe a été violée… Dans ce livre magnifique, comme dans le reste de son œuvre, Louise Erdrich parvient à mêler la tragédie, l’humour, la poésie et la grâce, pour restituer les sentiments et les émotions de ses personnages face à la violence dont tant de femmes sont toujours aujourd’hui victimes. Considérée comme l’un des écrivains américains contemporains les plus importants, Louise Erdrich bâtit, livre après livre, une œuvre forte et singulière.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Dim 3 Aoû - 22:15

Dans le silence du vent

Mon point de vue :

Le roman s’ouvre sur une sène paisible en 1988, un dimanche, dans une réserve indienne du Dakota du Nord.: un père et son fils arrachent conscieusement de minuscules plants d’arbrissaux qui détériorent les fondations de leur maison. Très vite pourtant, le lecteur est plongé dans le drame qui va bouleverser à jamais l’adolescent de treize ans et sa famille. La mère, Géraldine, une généalogiste,  n’est pas rentrée. Joe et son père, Antone, la retrouveront en état de choc, ensanglantée, victime d’un viol et ayant échappé de justesse au meurtre. Antone, juge au tribunal tribal, sait que les moyens dont il dispose pour retrouver le coupable, probablement un Blanc, sont dérisoires. Il est cependant convaincu qu’il doit figurer dans l’un des nombreux dossiers en sa possession et il se met à les éplucher minutieusement, aidé par Joe. Géraldine ne se souvient pas où exactement elle a été agressée et le savoir s’avère essentiel car il s’agit de savoir si le lieu est soumis à une juridiction indienne ou blanche.

De son côté, Joe prend conscience des injustices de la société dans laquelle il vit. Frappé par l’impuissance de son père et par la détresse de sa mère qui s’enfonce peu à peu dans un abîme sans fond, fait de souffrance, de solitude et de silence, il décide de venger sa mère, soutenu par sa bande de copains, Cappy, Zack et Angus.

Les thèmes abordés dans ce roman sont multiples et passionnants : véritable étude sociologique de ce mystérieux peuple indien au passé et à la culture si riches, ostracisme permanent et injustices révoltantes dont il est l’objet, interrogations sur la justice et le droit à se faire justice soi-même, cheminement initiatique d’un adolescent meurtri et déterminé, amitié, amour conjugal…

Tous les personnages sont attachants et présentés avec minutie aussi bien physiquement que moralement, y compris les personnages secondaires comme le grand-père, l’oncle et sa femme, les ados amis de Joe…

Violence, révolte, douceur, compassion et poésie se mêlent dans ce roman dont le style épouse toutes les situations avec beaucoup d’habileté et, me semble-t-il une recherche du mot juste qui m’a plu.
Un beau roman de 460 pages dont on tourne les pages sans s'ennuyer un seul instant !

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Dim 3 Aoû - 22:24

Dans le silence du vent – suite

Le récit est pris en charge par Joe devenu adulte et s’efforçant de faire revivre le plus exactement possible ce qui s’est passé et ce qu’il a éprouvé. Ce procédé d’écriture m’a paru très judicieux dans le cas précis même s’il n’est pas nouveau en soi. Cela donne ce genre de réflexion :


Citation :
Et voilà ce que je n’ai pas compris à l’époque, mais que je comprends aujourd’hui – la solitude. J’avais raison, dans cette histoire, il n’y avait que nous trois. Ou nous deux. Personne d’autre, ni Clemence, ni même maman, ne se souciaient autant que nous de ma mère. Personne d’autre ne pensait à elle jour et nuit. Personne d’autre ne savait ce qui lui arrivait. Personne d’autre ne voulait à tout prix autant que nous deux, mon père et moi, retrouver notre vie. Revenir au Temps d’Avant.



Le roman est suivi d’une postface qui apporte des précisions intéressantes comme celles-ci :


Citation :
L'action de ce livre se déroule en 1988, mais l'enchevêtrement de lois qui, dans les affaires de viol fait obstacle aux poursuites judiciaires sur de nombreuses réserves existe toujours. "Le Labyrinthe de l'injustice", un rapport publié par Amnesty International, présentait les statistiques suivantes : une femme amérindienne sur trois sera violée au cours de sa vie (et ce chiffre est certainement supérieur car souvent les femmes amérindiennes ne signalent pas les viols) ; 86 pour cent des viols et des violences sexuelles dont sont victimes les femmes amérindiennes sont commis par des hommes non-amérindiens ; peu d'entre eux sont poursuivis en justice. En 2010, Byron Dorgan, alors sénateur du Dakota du Nord, a soutenu le Tribal Law and Order Act. En entérinant cette loi, le président Barack Obama a qualifié la situation d'"agression de notre conscience nationale".

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
BRIe

avatar

Féminin
Nombre de messages : 25973
Localisation : Villeneuve lez Avignon
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Lun 4 Aoû - 9:53

J'ai lu avec intérêt, Nic, le sujet de ce livre.  study
Revenir en haut Aller en bas
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Lun 4 Aoû - 9:59

Merci, Brie. Si tu as l'occasion de lire ce roman, je crois qu'il te plaira...  alegre

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8187
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Lun 4 Aoû - 12:08

Merci ma NIC pour ce post très fouillé! Voilà un sujet qui me parle car je suis toujours à l'affût de récits basés sur la vie et les traditions de peuples qui me sont inconnus.

 Je note le titre et l'auteur directement dans mon carnet pour ne pas l'oublier lors de ma prochaine commande

 Merci pour ce beau partage


  Merci  Merci  Merci
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Lun 4 Aoû - 12:20

Avec plaisir, Sapho  alegre

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8187
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Mer 10 Sep - 16:37

LOVE MEDECINE
 


  Louise Erdrich est aux États-Unis un auteur connu comme spécialiste de la question des Indiens d’Amérique. C’est donc sans surprise que l’on découvre les Amérindiens au centre de son roman Love Medicine, paru en 1983 aux Etats-Unis, mais seulement en 2008 en France.






  
QUATRIEME DE COUVERTURE
Love Medicine retrace la vie d’une communauté d’Indiens d’Amérique de 1934 aux années 80, dans une réserve du Dakota : les destins s’entrecroisent, en des chapitres s’apparentant à des nouvelles.
La quatrième de couverture de Love Medicine est quelque peu trompeuse, dans la mesure où l’on s’attend à une saga familiale flamboyante, ordonnée chronologiquement. Mais Love Medicine, au contraire, alterne les récits des divers protagonistes : cela débute dans les années 80, pour revenir à 1934, ou 1948. Le lecteur pénètre donc dans la complexité des différents personnages, et a accès à leurs pensées, ce qui lui permet d’avoir plusieurs points de vue, et donc une vue d’ensemble de l’histoire. 
De 1934 à nos jours, les destins entrelacés de deux familles indiennes, isolées dans leur réserve du Dakota, à qui les Blancs ont non seulement volé leur terre mais aussi tenté de voler leur âme. Mêlant comédie et tragédie, puisant aux sources d'un univers imaginaire, riche et poétique, qui marque tous ses livres, de Dernier rapport à Little No Horse à Ce qui a dévoré nos cœurs, ce premier roman de Louise Erdrich est présenté ici dans sa version définitive, reprise et augmentée par l'auteur.
Un livre d'une telle beauté qu'on en oublierait presque qu'il nous brise le cœur. Toni Morrison, prix Nobel de Littérature.
Ses livres ont imposé Louise Erdrich comme l'une des grandes voix de la littérature américaine, mais elle est l'une des rares à construire un édifice romanesque d'une complexité comparable à celle de Faulkner.Le Point.



Ce sont des personnages hauts en couleur qui animent le récit : argot, disputes, ivrognerie sont parfois de mise. La vie n’est pas tendre pour les habitants de la réserve, stigmatisés et isolés :la découverte du monde extérieur se fait parfois grâce à la guerre ou à la prison, et souvent au prix de grandes désillusions. Le lecteur français découvre avec étonnement le racisme dont sont parfois objet les Indiens et découvre un sujet rarement traité en fiction, à savoir le quotidien des Amérindiens et les préjugés dont ils sont victimes.
Les chapitres pourraient presque être lus seuls et séparément : pourtant chacun apporte quelque chose à la vue d’ensemble. Les personnages sont rarement attachants, mais certaines personnalités se distinguent, telles Lulu ou Marie, les deux femmes fortes du récit. Leur quête d’identité, cependant, est elle touchante. C’est le principal atout de ce roman, dans lequel il est quelque peu difficile de rentrer, mais qui parvient sans mal à retenir son lecteur une fois les trente premières pages passées. Love Medicine, à mon sens, est inclassable : c’est un roman sur la famille, avec ses secrets, ses non-dits, ses malaises, tout en étant un recueil de nouvelles centré sur divers individus particuliers.
Des tranches de vie dures, ravagées par l'alcool, la violence et la pauvreté et sublimées par un instinct vital qui emporte tout. 
Nous suivons les membres de plusieurs familles à diverses époques (passant des missionnaires qui les "éduquent" à l'aide sociale qui les abêtit) chacun donnant sa propre version des mêmes évènements.
C'est un monde où absolument tout est vivant, les hommes et les femmes bien sûr mais aussi tous les objets qui les accompagnent et cette proximité avec la nature qui fait que chaque geste, chaque situation peut-être rattachée à un végétal ou à un animal.
Un monde visionnaire où les morts ne sont jamais très éloignés des vivants. Une vision mystique et puissante qui nous remue, un superbe premier roman .


study study study
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Jeu 11 Sep - 11:38

Merci, Sapho, pour ce commentaire détaillé. Voilà, manifestement, un livre à découvrir, en tout cas tu donnes envie de le lire. menina

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8187
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Sam 16 Avr - 18:38

LIVRE LU : LE JEU DES OMBRES


RESUME


Quand Irène America découvre que son mari, Gil, lit son journal intime, elle en commence un autre qu’elle met en lieu sûr. C’est dans ce nouveau carnet qu’elle livre sa vérité sur son mariage et sur sa vie tandis qu’elle utilise l’ancien pour se venger de son mari et s’amuser à ses dépens. Gil est devenu un artiste célèbre en peignant le portrait d’Irène sous de nombreuses formes, et il réalise que la peur de la perdre le contraint à se dépasser. Irène termine sa thèse sur George Catlin, le peintre des Indiens, qui a sillonné l’Ouest américain au début du XIXe siècle. Tandis qu’ils tentent de maintenir les apparences pour leurs trois enfants, leur foyer devient un endroit de plus en plus violent et secret. Irène décide de mettre fin à son mariage et à une relation de dépendance étrange et ironique, plutôt que de céder à l’autodestruction. Alternant entre les deux journaux intimes d’Irène et un récit à la troisième personne, Louise Erdrich explore la nature complexe de l’amour, les lignes fluides de l’identité et le combat d’une famille pour sa survie.








RESSENTIS


Tout est ambivalent dans ce récit, y compris le faux journal qu’Irène écrit à l'intention de son mari quand elle découvre que celui-ci a lu le vrai. A nous de confronter les deux versions, y ajoutant le point de vue de Gil et celui du narrateur omniprésent. Manipulations de part et d'autre, mais aussi complicité qui renaît contre la psychothérapeute que le couple va consulter; tout peut basculer dans la violence ou l'amour et tout peut être utilisé comme une arme: la peinture ou les mots. 
    
   J'ai adoré chaque élément de ce roman de Louise Erdrich. L'attention portée aux détails qui pourraient paraître insignifiants mais sont tellement révélateurs. Ainsi l'attitude des chiens qui captent la tension de la famille et s'interposent pour mieux la gérer. Le fait que nous voyons sans cesse remise en question sa vision des principaux protagonistes, y compris dans la dernière partie, magistral retournement de situation. Mais aussi l'écriture, au plus près des sensations, des sentiments, une écriture qui fouille et appuie là où ça fait mal, cingle pour mieux s'adoucir. Un roman dans lequel on retrouve, mais sous un mode mineur l'un des principaux thèmes de Louise Erdrich: celui des Indiens d'Amérique, un retour aux sources qui permettra à certains personnages de trouver le chemin de la résilience. Une œuvre magistrale et dérangeante. Un vrai coup de cœur! 




study study study

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8187
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Sam 16 Avr - 18:41

EXTRAIT

« Gil mettait au point les tableaux, les couleurs, l’émotion et, ce faisant, il était heureux. Il ne se sentait pas seul quand il travaillait. Même quand par ailleurs les choses n’allaient pas très fort, il arrivait à peindre. Peu importait, même, qu’Irene soit en colère. En fait, c’était mieux. Quand ils étaient heureux, quand Gil pouvait compter sur son adoration quotidienne, les tableaux semblaient virer à l’insipide. Il devait combattre le sentiment de satisfaction. Au fur et à mesure qu’elle s’éloignait de lui, les tableaux devenaient plus forts. Le violent désir qu’il avait d’elle leur donnait vie. Dans ses tableaux, il mettait son chagrin, la nature insaisissable d’Irene, l’avidité de son étreinte, le rejet d’Irene, l’amertume de son espoir, la rage maussade d’Irene. Il avait pris conscience que plus leurs rapports étaient tendus, plus son travail en bénéficiait. Il n’avait pas encore songé à se demander si ses soupçons à l’égard d’Irene étaient aussi une méthode visant à la repousser, afin de ressentir son absence, puis un douloureux appétit duquel tirer son art. »

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Sam 16 Avr - 20:07

Un grand merci, Sapho, pour  tes présentations et commentaires si intéressants. Il faut que je trouve le temps (et les livres !) de me replonger dans l'œuvre de cet auteur. flower flower flower flower

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8187
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Dim 29 Mai - 19:37

Je viens de terminer le livre dont tu as longuement parlé ci-dessus ma Nic ! Il s'agit de : " DANS LE SILENCE DU VENT "







Tu en as longuement parlé ma belle et je n'ai pratiquement rien à rajouter à tes très beaux ressentis !


RESSENTIS




Louise Erdrich dans ce nouveau roman décrit avec une acuité sans pareille la prostration de la victime et la difficulté à faire émerger la vérité. Une situation hélas représentative car, selon un rapport publié par Amnesty international en 2009, une femme amérindienne sur trois sera violée au cours de sa vie et que peu des violeurs seront poursuivis. Mais la romancière n'en fait pas pour autant un livre lourdement pédagogique. L'intensité dramatique est prenante et le style parfaitement maitrisé. La violence faite aux femmes est hélas monnaie courante un peu partout dans le monde et on ne peut que l'estimer car beaucoup ne portent pas plainte. 

Les descriptions de la vie quotidienne de l'adolescent sont autant d'échappées belles loin de l'atmosphère étouffante de la maison familiale et l’occasion également de montrer la solidarité sans faille qui s 'exerce au sein de sa famille élargie.
Beaucoup de sobriété et d'émotion. à lire absolument. L'émotion est contenue, pas de pathos, une situation qui nous parle, tous les ingrédients sont là! Un roman récompensé par le National Book Award et élu meilleur livre de l'année par les libraires américains. 





study study study

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22756
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Louise Erdrich   Dim 29 Mai - 22:10

Je vais réfléchir à tout ça demain. Chuis vraiment HS ! mais qu'est ce que je suis contente d'être dans le cœur de la maison aux yeux bleus ! alegre
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Louise Erdrich   

Revenir en haut Aller en bas
 
Louise Erdrich
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louise Erdrich
» LA CHORALE DES MAITRES BOUCHERS de Louise Erdrich
» Louise ERDRICH - L'épouse antilope
» Louise ERDRICH - Dernier rapport sur les miracles à Little No Horse
» Louise Erdrich

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... anglophones-
Sauter vers: