La Clef des Champs


Forum d'amitié
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Raymond RADIGUET

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 9916
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Raymond RADIGUET   Mer 19 Nov - 14:37

Parmi vous, sans doute, beaucoup ont lu Le Diable au corps ou/et ont vu le film-culte qui en a été tiré avec Gérard Philippe et  Micheline Presle. Il peut être intéressant, je crois, de revenir sur cet auteur, aussi fulgurant que le fut Rimbaud en son temps.

Biographie rapide de Raymond Radiguet (pour mémoire) :

Il est né en 1903 à Saint-Maur-les-Fossés, d'un père caricaturiste et d'une mère institutrice. Excellent élève en primaire, il entre comme boursier au lycée Charlemagne mais ne s'intéresse qu'à la littérature et au dessin, séchant les autres cours ! Il quitte le lycée en 4e, travaille seul, lit beaucoup (les classiques, Mallarmé, Rimbaud, Lautréamont, Proust...), se promène et sert de coursier à son père. C'est en apportant les œuvres de de dernier à L'Intransigeant, qu'il propose avec succès ses propres dessins ; il devient ensuite journaliste dès 1917 (il a 14 ans!), année où il rencontre Alice Saunier (19 ans) qui devient sa maîtresse et lui inspirera Le diable au corps.

Ses premiers textes (poèmes, saynètes, articles divers) sont publiés dans des journaux et des revues. Il rencontre en 18 et 19 Max Jacob et Jean Cocteau, Reverdy, Picasso, Modigliani, Jean Hugo, Poulenc, Honneger…). Cocteau (son amant ? Son Pygmalion?), séduit par ses poèmes, le pousse à écrire aussi des romans. Il participe à des dîners littéraires, des matinées poétiques. Salué par des grands noms de la littérature (Tzara, Apollinaire, Aragon, Breton…), il fréquente le Tout-Paris des arts et de la littérature.

En 1920, il publie son 1er recueil poétique Les joues en feu dans une édition illustrée par Jean Hugo, et fonde une revue avec Cocteau. En 1921, il termine Le diable au corps, commencé en 19. Le roman, publié en 1923, fait scandale mais lui vaut un succès fulgurant et le Prix du Nouveau Monde. Il se retire pour mener une vie plus calme et écrit ce qui deviendra Le bal du comte d'Orgel, publié un an après sa mort. Fin 1923, il meurt à 20 ans, d'une typhoïde fulgurante.


Il nous reste de R. Radiguet une œuvre bien plus importante qu'on ne l'imagine, il n'est pas l'auteur que du Diable au corps. En 2012, ont été publiées ses Oeuvres complètes et le livre fait plus de 800 pages (poésie, théâtre, essais, nouvelles, contes, romans, articles...) !

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 9916
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Raymond RADIGUET   Mer 19 Nov - 15:44

Les joues en feu


Ce recueil de poésie fut publié une première fois en 1920 avec des illustrations de Jean Hugo. Il fut réédité chez Grasset avec des ajouts en 1925, par les soins de Cocteau. Cette réédition fait aujourd'hui référence. Tous les poèmes ont été écrits entre 1919 et 1921. Cocteau écrivait à propos du jeune poète : « Cet élève […] devint mon maître » et il ajoutait : « il avait la folie de l'enfance et la gravité de l'âge mûr. ».


Un Avant-propos de Radiguet lui-même (écrit quelques semaines avant sa mort) éclaire ses intentions. Il commence ainsi :
Citation :
Je publie ces poèmes dans l'ordre chronologique. C'est le seul qui leur convienne. Car, loin de chérir cette sorte de colin-maillard auquel des écrivains se livrent avec leurs lecteurs, je n'ai d'autre souci que d'être entendu. En relisant ces poèmes, détachés de moi, il me semble qu'ils peuvent apporter quelques lueurs sur un âge assez obscur – le véritable âge ingrat, seize, dix-sept, dix-huit ans. À ce moment de la vie, les mois ont la valeur d'années. Cette dernière considération m'a décidé à faire lire ces poèmes comme ils furent écrits.


Il convient donc de lire d'abord les poèmes dans l'ordre, ce qui n'empêche pas, ensuite, de les relire au gré de sa propre fantaisie ou de ses préférences de lecteur.
En procédant de la sorte, j'ai eu le sentiment de voir « grandir » le jeune poète en l'espace de deux ans. Certains poèmes paraissent obscurs, j'en avais cité un ici même sur la Clef, qui avait suscité des interrogations ! Radiguet s'explique :
Citation :
J'éprouve des sentiments trop tendres envers la clarté, pour garder le silence sur le mystère de ces poèmes, et feindre de l'ignorer. Ce mystère ne provient nullement d'une esthétique, il n'est point le résultat d'un pari. […] Mes poèmes sont l'expression naturelle d'un mélange de pudeur, de cachotterie propre à l'âge auquel ils ont été écrits.


Pour ma part, il m'a semblé que certains textes étaient encore relativement maladroits mais j'ai été sensible à l'abondance d'images colorées comme celles de dessins d'enfants justement ; on devine aussi parfois l'influence d'Apollinaire ou de Cocteau mais déjà, l'originalité est perceptible avec un mélange de gravité et de désinvolture, de classicisme et de modernité, un sens du rythme, de véritables trouvailles…
Pour finir, voici l'un de mes poèmes préférés :

Citation :
Automne

Tu le sais, inimitable fraise des bois
Comme un charbon ardente aux doigts de qui te cueille :
Leçons et rires buissonniers
Ne se commandent pas.

Chez le chasseur qui la met en joue
L'automne pense-t-elle susciter l'émoi
Que nous mettent au cœur les plus jeunes mois ?

Blessée à mort, Nature,
Et feignant encore
D'une Ève enfantine la joue
Que fardent non la pudeur mais les confitures,
Ta mûre témérité
S'efforce de mériter
La feuille de vigne vierge.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 7927
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Raymond RADIGUET   Mer 19 Nov - 19:21

J'aime vraiment beaucoup le poème que tu cites ma NIC.

Ce qui me plaît, c'est sa façon de jouer avec les mots, comme si ceux-ci jouaient à cache-cache avec le sens de la continuité.

Je ne connaissais pas les poèmes de Radiguet, juste ses deux romans ( j'ai préféré : Le Bal du Comte d'Orgel )

study study study
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 9916
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Raymond RADIGUET   Mer 19 Nov - 19:27

Merci Sapho menina  Je compte parler de ses deux romans et je serais ravie que tu interviennes, ainsi que d'autres Clefs, naturellement. Si cela intéresse, je parlerai aussi de sa correspondance qui est étonnante et instructive.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Raymond RADIGUET   

Revenir en haut Aller en bas
 
Raymond RADIGUET
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'épouvantail (hommage à Raymond Radiguet)
» Raymond Radiguet
» Raymond Radiguet
» Raymond Radiguet
» Raymond RADIGUET - Le Diable au corps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... francophones-
Sauter vers: