La Clef des Champs

La Clef des Champs

Forum d'amitié
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Marie SIZUN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23348
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Marie SIZUN   Ven 9 Jan - 22:14

ce qui m'a fait mal, c'est le décalage entre les deux : la mère, femme-enfant irresponsable, et l'enfant plus vieille que son âge.

je suis toujours triste lorsque l'enfance de quelqu'un a été volée ! peut être parce que j'en ai eu une heureuse ? je voudrais que tout le monde ait la même chose que moi. C'était tellement bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marie SIZUN   Sam 10 Jan - 9:42

coucou Ysou tu parles bien de  "la femme de l'allemand? " 
Revenir en haut Aller en bas
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23348
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Marie SIZUN   Sam 10 Jan - 9:49

Non, Marie, du "père et sa petite" flower je n'ai pas encore lu l'autre !
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Marie SIZUN   Sam 10 Jan - 9:53

je n'aurais  peut-être  pas du mettre  le ressenti de l'autre dans le  même fil je vais l'enlever let  le mettre sur un nouveau  
bises
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Marie Sizun la femme de l'allemand    Sam 10 Jan - 9:56






La femme de l’Allemand
Marie Sizun
 
4 ème de couverture :
 
Dans le Paris de l'après-guerre, une petite fille, Marion, vit avec sa mère, Fanny, qu'elle adore. Peu à peu, pourtant, une dissonance s'installe, faussant leur relation. Des emportements inexplicables, un silence incompréhensible à propos de ce père allemand dont Marion ne sait rien ou presque. Avec le temps, Marion comprend que sa mère est maniaco-dépressive. Les rôles s'inversent alors. L'adolescente endosse cette raison qui, doucement, abandonne Fanny. Mais l'amour ne suffit pas pour terrasser la folie... Marie Sizun sait dire avec émotion et pudeur l'amour qui rapproche et sépare les êtres.




Extraits :


«…  Rendue soudain muette, tu la regardes dans le désespoir. Et elle, là-bas, que va-t-il lui arriver ? 
Une incroyable vague d’amour t’envahit. Une vague d’amour fou, comme on dit… »
 


«… Cette image-là. Tu sais bien. Au commencement de tout.


La petite route de campagne, déserte, sur laquelle tu cours maladroitement - tu dois avoir un peu plus de deux ans - pour lui échapper. La fuir. Elle. Echapper à celle qui t'a fait tellement peur tout à coup. Celle qui est devenue soudainement une autre, ou plutôt quelque chose d'autre, et de si terrifiant qu'il fallait te sauver, que tu t'es brusquement arrachée à la main qui te retenait, que tu t'es mise à courir.


Tu cours comme tu peux, tu essayes éperdument d'aller plus vite, mais tu sens qu'elle va te rattraper, qu'elle est presque là. Horreur de l'idée qu'elle t'atteigne, qu'elle te touche, que sa petite main aux ongles pointus se pose sur toi, t'attrape. Tu cries d'effroi. Mais elle arrive, elle est là, elle va te saisir alors que, toi, tu ne peux que crier encore, absurdement, de toutes tes forces. Et c'est «Non !» que tu cries, non à ça, ce contact, cette épouvante. C'est tout ce que tu peux crier à l'incompréhensible. C'est tout ce que tu peux faire, et tout ton instinct d'enfant se met dans ce cri, ce cri fou.


Ce cri que, bien plus tard, des années après, tu pousseras encore, chaque fois que tu rêveras qu'elle entre doucement dans ta chambre, dans le glissement silencieux de la porte... Tu sauras bien que c'est elle, c'est toujours elle, et, au moment où elle apparaît, tu te réveilles, dans la terreur, en nage, sur ce cri, le même, ce cri-là : Non, maman ! Non ! 
C’est un cri de terreur et de répulsion… »
 


Mon avis :

Encore une histoire de petite fille et cette fois de ses relations avec sa mère.
C’est l’auteure qui raconte  l’histoire en se servant du tutoiement.
Tout va crescendo. La fillette qui devient ado. Ses rapports tellement tendus avec sa mère (la femme de l’Allemand, Fanny). 

Un jour elle apprend qu’elle a un papa allemand qui est mort à la guerre en Russie…
Elle vit avec ce nouveau cop de poing au cœur. Et puis les années passent. Sa mère devient de  plus en plus étrange. Marion s’en occupe, elle va jouer le rôle de  mère, la  protéger, craindre  pour  elle, cacher la vérité  pour la garder encore.

Mais plus elle grandit... Son rêve ? Aller  étudier un an en Allemagne. Pour se rapprocher de ses racines ?  Ira-t-elle ?  Si oui comment en reviendra-t-elle ? 

C’est un témoignage du mal que cette guerre  a pu faire,  des dégâts qu’elle a  pu causer et  son influence sur les sentiments.

Poignant ce petit roman et bien dans la  ligne   de  « le père de la  petite » 

Je le recommande.
Revenir en haut Aller en bas
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23348
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Marie SIZUN   Lun 9 Fév - 14:34

je lis actuellement "la femme de l'allemand". Histoire bien racontée, belle écriture, mais je n'accroche plus au système de faire raconter par une enfant. Cela n'a pas la force qu'il y avait dans "le père et sa petite". Le récit s'essouffle rapidement. Il y a des redites et quelques invraisemblances. Je le lirai jusqu'au bout, mais sans entrer dans l'histoire, comme je l'avais fait dans le précédent.
je donnerai mes impressions globales à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10669
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Marie SIZUN   Jeu 5 Mar - 23:11

La bibliothèque que je fréquente, à ma demande, a acheté Le père de la petite et j'ai été la première à pouvoir le lire. Very Happy 

J'ai trouvé beaucoup d'émotion dans ce court roman et surtout beaucoup d'habileté à restituer l'univers enfantin, avec une grande économie de mots, des phrases lapidaires. Du coup, le lecteur perçoit avec force le poids de certains secrets de famille, la fragilité des enfants qui ne comprennent pas tout ou à moitié seulement et souffrent en silence, révoltés par ce qui leur apparaît comme des mensonges indignes des grandes personnes.
La fusion avec la mère, la haine du père qui peu à peu se transforme, le thème de la jalousie (celle de l'enfant à l'égard de ses parents complices un temps, celle du père ensuite à l'égard de sa femme), tout cela est très bien rendu et nous sommes sans cesse invités à nous interroger sur ce qui se passe sous nos yeux par le biais d'une toute petite fille.
Pour finir, je crois que j'éprouve une pitié infinie pour la malheureuse mère, particulièrement poignante.
J'ai beaucoup aimé ce livre. Merci d'en avoir suggéré la lecture !  Smile

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23348
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Marie SIZUN   Ven 6 Mar - 8:00

Nic a écrit:
Pour finir, je crois que j'éprouve une pitié infinie pour la malheureuse mère, particulièrement poignante.

mes sentiments envers elle sont mitigés. Il faut que je me remémore le passage où elle en veut à sa petite d'avoir laissé échapper le secret de "sa faute"... je n'avais pas apprécié son attitude envers sa fille, sa froideur, son abandon !  cette façon de se poser en rivale de sa propre enfant, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10669
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Marie SIZUN   Ven 6 Mar - 10:36

Je la trouve très humaine, bien vue par l'auteur, cette femme, surtout dans ses faiblesses, son désarroi, c'est en ce sens qu'elle me touche ; sur le plan littéraire, je la trouve très réussie, d'autant que M. Sizun procède par petites touches sans jamais insister ; je ne la juge pas sur le plan de la moralité ou de son comportement à l'égard de sa fille.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8366
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Marie SIZUN   Mer 20 Mai - 16:24

Je viens de terminer : PLAGE


RESUME


Que fait cette femme seule sur la plage d’une petite station balnéaire de Bretagne ? Elle est si discrète qu’elle se fond dans le paysage. Elle observe les gens autour d’elle, semble attendre, mais quoi ? C’est un homme qu’elle attend. Il doit venir la rejoindre ; il le lui a promis. À la fin de la semaine, il sera là. Il est son amant. Il est marié. Elle veut voir dans sa prochaine venue un choix qu’il assume. Alors elle l’attend et trompe son ennui en jouant à la femme en vacances. Mais les jours se succèdent, les nouvelles se font plus rares, plus embrouillées. Passant tour à tour de l’inquiétude au désespoir, puis de l’abattement à la colère, elle sortira à jamais changée de cette semaine décisive. Avec un art qui lui est propre, Marie Sizun dresse le portrait tout en nuances d’une femme d’aujourd’hui. Avec finesse, elle explore l’intimité des êtres dans leurs moments de doutes et de passion.





QU'EN DIRE ?


Une femme encore jeune attend sur une plage bretonne l'homme marié et en âge d'être son père qui a promis de la rejoindre dans une semaine. 

Anne observe les gens autour d'elle et leur comportement, leurs paroles font écho et la renvoient à sa situation de petite fille tiraillée entre un père, aimant mais volage, et une mère aigrie et mal aimante. Le temps de l'attente sera finalement celui de la réflexion et quoi qu'il arrive, Anne aura enfin grandi, se sera frottée aux autres et aura pris la mesure de ses possibilités. 

Il ne se passe presque rien en apparence mais jamais le lecteur ne s'ennuie en suivant le parcours de cette femme en dormance qui va peu à peu explorer son univers mental et s'ouvrir aux autres, délaissant les romans, aux titres évocateurs, qu'elle avait emportés... 

Le style, tout en précision de Marie Sizun accompagne cet éveil sans tambour ni trompettes mais avec beaucoup de délicatesse. Une très jolie découverte! 




study study study
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23348
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Marie SIZUN   Mer 20 Mai - 17:04

je le note ma Sapho, j'aime le style de Marie Sizun, sa délicatesse, son élégance.

Je n'avais pas vu ta réponse, ma Nic ! ce n'est pas que je l'ai jugée, c'est seulement que son attitude envers cette petite fille m'a choqué.
J'ai du réagir à chaud (comme d'hab ! Rolling Eyes ) et faire un transfert, de mère à mère. Je comprenais le désarroi de cette femme, mais même ma pitié envers elle ne m'empêchait pas de ressentir, trop fort peut être, la détresse de la petite tellement désorientée : d'abord par l'attitude de son père envers elle et par celle de sa mère qui ne tenait pas compte de la sensibilité de l'enfant mise à si rude épreuve.
je ne parviens pas à réagir intellectuellement dans certains cas. Je ne sais si la raison en est ma fille petite, ou moi avec ce qui me reste d'enfance .... de souvenir de ce que j'étais ...?
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marie SIZUN   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marie SIZUN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Sizun, Marie] Plage
» [Sizun, Marie] Un léger déplacement
» SIZUN Marie
» [Sizun, Marie] La femme de l'Allemand
» Couvertures d'Edward Hopper !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... francophones-
Sauter vers: