La Clef des Champs

La Clef des Champs

Forum d'amitié
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Joyeux Anniversaire ! CHÈRE SAPHO

Partagez | 
 

 Paola PIGANI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MarieC
Invité
avatar


MessageSujet: Paola PIGANI   Ven 19 Déc - 17:17










N’entre pas dans mon âme aves tes chaussures


Paola Pigani


Biographie

Paola Pigani est née en 1963 de parents italiens émigrés en Charente. Adolescente, elle y côtoie des familles de gitans et en particulier une femme qui lui inspirera le personnage d'Alba. Une vieille photo et des bribes de souvenirs confiés par les descendants de cette femme guideront l'écriture de ce premier roman (soutenu par une bourse d'aide à la création de l'ARALD en 2011). Poète, nouvelliste, elle obtient en 2006 le prix Prométhée de la nouvelle pour le recueil Concertina paru aux éditions du Rocher. Elle vit aujourd'hui à Lyon où elle partage son temps entre l'écriture et son travail d'éducatrice.


note de Librairie Dialogue.dialogue.fr

En une vingtaine de chapitres, conçus comme autant de tableaux dans un temps suspendu, Paola Pigani raconte comment Alba devient femme malgré les ténèbres, comment elle et les siens ont pu aimer, enfanter, travailler au milieu de la folie des hommes. Avec pudeur et grâce, ce premier roman aborde une page méconnue de l’histoire française et compose un vibrant hommage à la communauté manouche.

En 1940, Alba est une jeune fille de quatorze ans. Sa famille vit du théâtre ambulant aux alentours de Saint-Jean d'Angely, en Charente maritime. Les contrôles d'identité se resserrent et en avril un décret interdit la circulation des nomades en temps de guerre. Bientôt, la Kommandantur exige que tous les tsiganes de la région soient rassemblés sous la surveillance de la police française. Avec des centaines d'autres, épuisée par des heures de marche, Alba franchit en novembre le portail du camp d'internement des Alliers, au sud d'Angoulême. 

Elle est loin de s'imaginer qu'elle vivra là six longues années, entre l'horreur et la soif de vivre. En vingt-cinq courts chapitres, conçus comme autant de tableaux dans un temps suspendu, Paola Pigani raconte comment Alba devient femme malgré les ténèbres, comment elle et les siens ont pu aimer, enfanter, travailler au milieu de la folie des hommes.


Mon avis

On ne peut rester indifférent aux conditions de vie  misérables qui ont été faites  à ceux que l’on a appelés Manouches, tziganes, romanichelles.  Parqués dans des camps comme des bêtes, à peine nourris  ayant tout  perdu sauf leur dignité tout simplement parce qu’ils étaient « gens du voyage » Ils ont survécu tant bien que  mal et ont  été les derniers libérés  quand  la guerre s’est enfin terminée.  Leur faute ?  ne pas vivre comme « tout le monde »
L’auteure a romancé un peu la vie d’Alba  mais  si peu, que nous ne  pouvons que dire : respect à tous ces oubliés et égarés de  cette  guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Ven 19 Déc - 19:37

j'ai lu ce livre et je suis d'accord avec toi, on ne  peut rester indifférent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Ven 19 Déc - 20:21

oui Odelette  surtout qu'en fait c'es tune tranche d'hissoire que l'on ne nous a  pas beaucoup apprise !  Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24103
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Ven 19 Déc - 20:39

c'est vrai, on ne nous a pratiquement rien dit sur ce que les "gens du voyage" avaient subi. Il y a parfois de sacrés trous dans l'histoire...... Suspect
je le lirai. Merci Marie.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
rotko



Masculin
Nombre de messages : 195
Localisation : nantes
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Sam 20 Déc - 7:30

N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures

1/2

le début me plaît beaucoup, je préfère le dire dès maintenant de crainte d'un changement vers le milieu du livre, j'y reviendrai.

Nicyrle a bien présenté le contexte de l'enfermement des tziganes sous le régime de Vichy, et on vit le drame  avecles yeux d'Alba, un e jeune fille  qui passe de la préadolescence à l'adolescence. Au départ, la sourde angoisse des adultes n'atteint pas les enfants qui  jouent sur le trajet des camps sans trop saisir le sens du convoi vers les Alliers,  le camp près d'angoulême.

Pourtant les questions surgissent, même chez les enfants ;

Citation :Pourquoi ce rassemblement sans fête ? pourquoi ici, loin des forêts, loin des vignes et des rivières ?  pourquoi moins de cris, moins de chants, moins de pagaille ?

Les réalités du camp seront dures à avaler, surtout pour des gens épris de liberté cantonnés dans des logements insalubres. Ils perçoivent bien que,  plus que les prétendus objectifs de la défense nationale, il s'agit de les mettre au pas :


Citation :"Les objectifs secondaires de l'internement sont de leur apprendre à vivre comme tout le monde, d'abandonner leurs rites, leurs vices, d'adopter des règles d'hygiène, d'éduquer les enfants, de les faire travailler afin qu'ils ne soient pas à la charge entière de l'Etat".

de très belles scènes deviennent alors symptomatiques d'une vie qui bascule : la mort du cheval, la naissance d'un enfant dans de mauvaises conditions...

C'est là que le lecteur saisit le contraste entre ces roulottes - bien inoffensives, et par exemple les convois allemands, bien motorisés, mais si néfastes dans leurs actions et leurs objectifs.

On pense aussi à l'accueil que font les internés du camp à de nouveaux arrivants, avec une générosité ou une acceptation bien éloignées des administrations françaises, si soucieuses d'humanité et d'éducation !

Des passages serrent le coeur, sans tomber dans  des tons larmoyants : c'est l'imagination des enfermés, ils rêvent de voyage et de bonheur dans la nature, ou ce couplet poétique pour la fin d'un enfant :


Citation :Le petit roi a perdu ses sabots, ne peut marcher ni sur terre ni dans l'air. il finit par s'éteindre aux confins du chagrin et de la faim. Parvenu dans un monde peuplé de têtes de pierre.
Revenir en haut Aller en bas
rotko



Masculin
Nombre de messages : 195
Localisation : nantes
Date d'inscription : 18/03/2014

MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Sam 20 Déc - 7:35

N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures

2/2

Ce que j'appelle la 2e partie m'a paru moins réussie, avec le personnage de Mine et des intrigues amoureuses, pourtant rayons d'espoir dans un univers  très sombre:

Citation :Mine entonne "Gentils coquelicots mesdames". Le curé suggère un chant d'église [...] Les gamins ne connaissent que le refrain de Mine. Mais elle chante seule. ils ne veulent pas s'encorder à sa voix, avancer dans le sillage d'une femme, qui plus est  une gadji.

On comprend bien pourquoi des minorités, objets d'un rejet, se replient sur elle-mêmes, animées par une juste défiance. L'accusation d' "esprit communautariste" est particulièrement mal venue de la part des responsables d'une ségrégation et d'un criminel ostracisme.


on pense au film Liberté de Tony Gatlif et à la si belle chanson de Catherine Ringer
Revenir en haut Aller en bas
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24103
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Sam 20 Déc - 8:03

Rotko a écrit:
Citation :Le petit roi a perdu ses sabots, ne peut marcher ni sur terre ni dans l'air. il finit par s'éteindre aux confins du chagrin et de la faim. Parvenu dans un monde peuplé de têtes de pierre.

si beau et si poétique ce couplet !
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Sam 20 Déc - 9:36

sympa  merci Rotko
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Sam 20 Déc - 9:43

je mets ici les paroles de cette chanson 


Paroles de Catherine Ringer
Si quelqu’un s’inquiète de notre absence,
Dites-lui qu’on a été jeté
Du ciel et de la lumière,
Nous les seigneurs de ce vaste univers

Ils ont laissé leurs chaussures
Au bas des murs
baxtalo les autres
Les bohémiens, les bohémiens,
Nous les seigneurs de l'univers

Si quelqu’un s’inquiète de notre absence,
Dites-lui qu’on a été jeté
Du ciel et de la lumière,
Nous les seigneurs du vaste univers

Hier, demain, n'existe pas
deja la deja la
Ni les anges, ni Dieu, n'existent plus

Si quelqu’un s’inquiète de notre absence,
Dites-lui qu’on a été jeté
Du ciel et de la lumière,
Nous les seigneurs du vaste univers

A force de xxxx
Ils sont partis pieds nus là-bas,
Là où les anges, les dieux n'existent plus


Si quelqu’un s’inquiète de notre absence,
Dites-lui qu’on a été jetés
Du ciel et de la lumière,
Nous les seigneurs de ce vaste univers
Revenir en haut Aller en bas
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24103
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Sam 20 Déc - 9:58

très beau texte, merci Marie ! flower
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 11038
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Sam 20 Déc - 10:27

J'ai lu ce livre et j'en avais parlé, me semble-t-il sur Grain de sel* Wink  Il m'avait beaucoup plu. Comme le dit Rotko, la 2e partie semble moins réussie mais il s'agit d'un premier roman, on peut donc être indulgente pour une romancière qui, globalement, promet. J'apprécie son écriture, dont voici quelques échantillons :


« L’idée de la guerre s’enfonce en eux, alourdit leurs pas. Ils sont tous Français. Une identité qui prend la couleur et le poids de la honte. »
« Louis pense à Jean. Lui aussi a traversé le drap blanc de ses chimères. Il a suffi d’un geste d’amitié, creuser la terre, creuser la frontière entre la nuit et la liberté. Il ignore si Jean a choisi la liberté en fuyant ».
« Les arbres sont comme les hommes. Tous se valent mais ils n’ont pas la même manière de s’élever, d’aller toucher le ciel"
« Les femmes au village, à chaque fois qu’elles la croisent, regardent ses bébés comme des petits cochons à faire taire. Elle ne leur dit pas qu’elle est encore en espoir. Elles lui parleraient de péché et de rendez-vous avec la misère. Elles ne comprendraient pas que les ventres énormes des bohémiennes endiguent la misère et la mort. Si les enfants grimpent sur eux, c’est pour regarder la vie d’en haut ».


Touchant, ce texte de Catherine Ringer. Merci, Marie.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Paola PIGANI   Sam 20 Déc - 11:15

Oui Nic tu en avais parlé sur GDS 

du moins je crois quand  j'ai vu le titre  ça m'a interpellée. Et Rotko en parle aussi donc deux raison d'avoir envie de le lire ce que j'ai fait  ! alegre
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paola PIGANI   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paola PIGANI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paola PIGANI (Italie)
» [Calvetti, Paola] L' amour est à la lettre A
» [Leon, Donna] L'affaire Paola
» L'amour est à la lettre A, Paola Calvetti
» paola reina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... francophones-
Sauter vers: