La Clef des Champs

La Clef des Champs

Forum d'amitié
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Michel HOUELLEBECQ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arundathi



Féminin
Nombre de messages : 1867
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Michel HOUELLEBECQ   Sam 7 Fév - 14:55

Soumission


Je me permets d'ouvrir un fil concernant Houellebecq. J'ai l'intention de me procurer "Soumission" assez rapidement. J'ai lu et entendu différents avis à ce sujet et j'avoue que je suis intriguée et fort intéressée par le contenu de ce dernier roman. Il y a quelques décennies j'avais lu "Extension du domaine de la lutte"où il traitait de libéralisation de l'économie et de la sexualité, ce qui, écrivait-il, générait des inégalités. J'avoue que j'avais peu accroché à l'époque n'étant pas toujours en accord avec ses propos.

Je cite un premier avis du magazine Télérama :

Imaginant l'accession à l'Elysée d'un leader musulman, le romancier s'interroge sur le sentiment religieux dans les sociétés occidentales. Une satire politique efficace et hautement dérangeante.

On aime beaucoup

« Je ne suis pas un prophète, je ne l'ai ­jamais été, mais j'ai gardé de ma lon­gue fréquentation de la science-fiction le goût des hypothèses », expliquait ­Michel Houellebecq dans un entretien au magazine Art Press (1) il y a qua­tre ans, au moment où paraissait La Carte et le Territoire (prix Goncourt 2010). Une hypothèse, donc — c'est-à-dire une « proposition reçue, indépendamment de sa valeur de vérité, et à partir de laquelle on déduit un ensemble donné de propositions », dit le dictionnaire. Une expérience, en somme — « prendre les faits dans la nature, puis étudier le mécanisme des faits, en agissant sur eux par les modifications des circonstances et des milieux, (...) pour arriver à la connaissance complète d'une vérité », écrivait Zola, définissant le naturalisme littéraire. C'est assurément ainsi qu'il convient de comprendre le point de départ de Soumission, le nouveau roman de Michel Houellebecq. Quelle hypothèse, quelle expérience ? Dans la France de 2022, au terme du second mandat de François Hollande, l'accession au pouvoir, à la faveur de l'élection présidentielle, de la Fraternité musulmane et de son leader, Mohammed Ben Abbes. Cet homme religieux, s'affichant comme modéré et soucieux de « présenter l'islam comme la forme achevée d'un humanisme nouveau, réunificateur », est parvenu à rallier le soutien des partis traditionnels, droite classique, centre et Parti socialiste, unis pour repousser la progression de l'extrême droite et de la mouvance identitaire.

C'est dans ce contexte politico-historique orageux que Michel Houellebecq propulse le narrateur de Soumission : un universitaire quadragénaire, spécialiste de Huysmans et des écrivains décadents de la fin du xixe siècle, par ailleurs personnage houellebecquien par excellence, solitaire, détaché, parfaitement indisposé par son époque — ses élites politiques et intellectuelles, ses idéaux progressistes et ses réflexes bien-pensants, ses moeurs mercantiles — et dont les exécrations, prononcées sans colère, nourrissent une satire politique et sociale terriblement précise, urticante, un peu ­répétitive, mais souvent hautement comique. Un type au corps douloureux — « migraines, maladies de peau, maux de dents, hémorroïdes », et on en passe — et au tempérament tout sauf atrabilaire, imperturbable au contraire, qui n'a d'intimité fraternelle qu'avec l'auteur d'En route et du cycle de Durtal — car « seule la littérature peut vous donner cette sensation de contact avec un autre esprit humain, avec l'intégralité de cet esprit, ses faiblesses et ses grandeurs, les limitations, ses petitesses, ses idées fixes, ses croyances », songe-t-il. Et d'intimité amoureuse ponctuelle qu'avec la sensuelle et tendre Myriam, sa jeune maîtresse aux caresses infiniment plus satisfaisantes que celles des étudiantes qu'il lui arrive de contacter via le site Youporn.

La suite du roman voit le nouveau pouvoir politique s'installer en douceur, et le pays faire preuve d'« une acceptation tacite et languide », retrouver même « un optimisme qu'(il) n'avait pas connu depuis la fin des Trente Glorieuses ». Et d'autres pays européens emboîter rapidement le pas. Myriam et sa famille juive quittent pourtant la France pour Tel-Aviv — mais « il n'y a pas d'Israël pour moi », songe le narrateur, désormais plus seul que jamais. Morose plus que désespéré. Vacant. Comme dissous. C'est alors que, insensiblement, le roman glisse vers son dessein profond : s'interroger sur la place du sentiment religieux dans la modernité occidentale, sur le nihilisme et la mort de Dieu, et énoncer, à travers l'itinéraire spirituel du narrateur, la possibilité d'une rupture collective et historique majeure.

Engagé, comme à son corps défendant, dans une sorte de quête dernière, un processus de conversion qui semble reproduire, à plus de cent ans de distance, celle qui mena Huysmans, l'« esthète misanthrope et solitaire », des charmes du dandysme fin de siècle et décadent vers le catholicisme et « son atmosphère d'encens et de cire », le narrateur de Soumission échoue platement. En dépit de « son désir désespéré de s'incorporer à un rite », il ne ressent rien qui s'apparente au transport de la foi. Il n'approche pas des « espaces infinis qui effrayaient Pascal, qui plongeaient Newton et Kant dans l'émerveillement et le respect ». Surtout, il n'éprouve plus rien du lien noué pendant des siècles entre la civilisation européenne et « ce quelque chose de mystérieux, de sacerdotal » que cristallisait le christianisme.

Alors ? Alors, c'est vers l'islam qu'il se tournera, par pragmatisme, voire opportunisme, et sans en faire un drame. Au fond, « ... ce serait la chance d'une deuxième vie, sans grand rapport avec la précédente. Et je n'aurais rien à regretter », concluera-t-il tout simplement. Et c'est précisément, tout au long du roman, cette simplicité et cette évidence avec lesquelles le récit avance vers son dénouement qui captivent et dérangent. Michel Houellebecq ne fait pourtant ici que poursuivre sa froide méditation, engagée de longue date, sur le désenchantement du monde occidental. Captant — en l'exagérant, peut-être, pour les besoins de son expérience — une anxiété diffuse de la modernité et de notre temps, dont il dresse le constat avec une efficacité, une absence de nostalgie confondantes.

Extrait
« Le lendemain matin, après avoir chargé ma voiture, après avoir payé l'hôtel, je revins à la chapelle Notre-Dame, à présent déserte. La Vierge attendait dans l'ombre, calme et immarcescible. Elle possédait la suzeraineté, elle possédait la puissance, mais peu à peu je sentais que je perdais le contact, qu'elle s'éloignait dans l'espace et dans les siècles tandis que je me tassais sur mon banc, ratatiné, restreint. Au bout d'une demi-heure je me relevai, définitivement déserté par l'Esprit, réduit à mon corps endommagé, périssable, et je redescendis tristement les marches en direction du parking. »
Revenir en haut Aller en bas
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Sam 7 Fév - 15:24

Merci mon Arun de donner les premiers éléments, je retiens celui-ci pour aborder le livre :

citation a écrit:
Une hypothèse, donc — c'est-à-dire une « proposition reçue, indépendamment de sa valeur de vérité, et à partir de laquelle on déduit un ensemble donné de propositions »,

Je suis entrain de rassembler mes souvenirs de cette lecture (j'ai laissé le livre à Jard sur mer). Je lis les citations sur Google, ça m'aide.
Sapho est entrain de le terminer, moi je l'ai fait il y a 3 semaines ou plus, et toi, tu le commences.
Ce livre m'a laissé une impression profonde, d'emblée : notre vacuité spirituelle et ce qui ressemble à la fin d'une civilisation.
Lis le sans états d'âme,  j'avais laissé en plan son avant dernier livre et Sapho m'a convaincue de m'y accrocher. Je l'ai donc lu entièrement. Il aurait fallu que je donne un compte rendu de cette lecture, je ne l'ai pas encore fait. Par contre, je vais le faire pour "Soumission", parce qu'il ne faut pas le prendre comme un texte qui fait peur, islamophobe ou pessimiste. C'est une photographie en noir et blanc de la France, une fiction, un état des lieux projeté dans l'avenir. Bonne lecture. flower
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8371
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Sam 7 Fév - 16:20

Houellebecq brosse le portrait d’un individu désenchanté, morose, désabusé et prête ce même nihilisme à l’ensemble de la France, qui apparaît dès lors comme une population passive, écervelée, quasiment indifférente aux changements qui font vaciller certains des principes élémentaires de la République, dont la laïcité. Avec humour, et une ironie souvent mordante, il décrypte aussi froidement les schémas sclérosés auxquels nous avons tendance à adhérer dans notre vie amoureuse, sociale ou professionnelle.
Ainsi, la politique se jouerait avant tout sur le terrain des valeurs, et non plus uniquement de l’économie. Telle est la leçon principale que l’on peut tirer de Soumission. L’affrontement idéologique auquel on assiste n’a pas tellement lieu entre conservateurs et progressistes, mais bien plutôt entre religieux d’un côté, et laïques, athées et défenseurs du sécularisme de l’autre. Telle est la ligne de front qui traverse cette société future décrite par Houellebecq. Les défenseurs de l’ordre nouveau accusent l’athéisme et les valeurs humanistes d’être responsables de la décadence européenne. Au lieu de cela Ben Abbes, le nouveau président de la république française et ses partisans veulent insuffler un nouvel élan à la France, et construire un nouveau destin pour l’Europe, en créant un nouvel Empire romain dont le centre de gravité serait plus au Sud désormais, et intégrerait notamment des pays arabes.

Dès les premières pages, le style de Houellebecq surprend : le narrateur s’exprime par de très longues phrases (en moyenne une vingtaine de lignes) ponctuées de virgules omniprésentes, comme s’il s’exprimait à l’oral.  Cependant, on s’adapte vite, et le résultat n’est pas si désagréable ; il est même plutôt amusant à lire, et convient très bien à l’histoire pathétique du personnage principal, professeur à la Sorbonne, célibataire esseulé et quadragénaire dépressif. De ce fait, la première moitié de Soumission est assez amusante. Cynique et remplit d’une ironie mordante, Houellebecq trace le portrait sarcastique et pitoyable d’un homme en pleine crise de la quarantaine, prenant conscience de sa solitude et du peu d’ampleur de sa vie. Réjouissant ! Un mauvais point cependant : l’auteur a tendance à tomber dans la «littérature porno», décrivant sur des dizaines de lignes les ébats de son personnage avec diverses prostituées, ce qui n’apporte pas grand-chose à l’histoire, et révèle l’état d’esprit de Houellebecq.

Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Sam 7 Fév - 18:53

merci Sapho dolce.
Je reste aussi avec l'impression que Houellebecq est un dépressif chronique qui a accepté son état, en a fait sa personnalité. La pornographie étant une façon d'accentuer son personnage revenu de tout : à défaut de grive, on mange des merles. Mais cela n'apporte pas grand chose au lecteur.
Il regarde le monde sans pathos, mais avec une acuité dérangeante, il écrit platement et c'est voulu, comme quelqu'un qui penserait et mettrait ses pensées bout à bout sans faire d'effets de style. Pourtant, il a un style très personnel, reconnaissable ! une belle intelligence mise au service d'un pessimisme latent, une lucidité épouvantable.
Il y a sans doute un grand besoin de spiritualité chez cet écrivain (je n'ai pas retrouvé le passage où il parle de la vierge noire de Rocamadour : c'était magnifique). Ses références à Huismann, son admiration pour cet auteur nihiliste pourraient le placer dans les chercheurs d'absolu, les mythiques. Et l'on pense à Malraux : "le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas".
Dans ce livre, il s'interroge son lecteur en se questionnant lui-même.
C'est avec désinvolture qu'il règle leurs comptes au système universitaire, au "savoir pour tous", à la social-démocratie agonisante, et c'est ainsi qu'il ne s'étonne même pas d'un monde brusquement sans femmes après l'avènement d'un gouvernement dont le président est arabe (voir le résumé du livre plus haut, par Arun).
C'est de la fiction, l'auteur le précise, s'il en était  besoin(!), il ajoute quand même que c'est une possibilité.... et comme des piqûres de rappel, certains mots, certains passages effraient le lecteur dont la psyché est obsédée par la fin d'un monde, la chute de la civilisation occidentale. Il n'a pas nié jouer avec les peurs générées par l'actualité. Se souvenir toute fois que la parution de son livre est intérieurs aux actes terroristes qui ont secoué la France.
Facile de soumettre un pays qui a  à demi abdiqué, qui a oublié ses valeurs quand l'argent (toujours lui) du pétrole fait miroiter des jours meilleurs. Facile de se servir de la polygamie pour appâter l'homme blasé, gêné parfois par l'ascension des femmes dans la société.... la femme à la maison, c'est bien mieux comme ça !
 Etonnantes les critiques qui ont salué l'apparition de ce livre : islamophobe, "réalité cauchemardesque", alors que la presse acquise au gouvernement et les élites de gauche se gargarisent avec le "vivre ensemble" et tout le monde est beau....
Serait-ce une réalité cauchemardesque que d'appliquer jusqu'au bout ce fameux "vivre ensemble" ?
Ce qui m'a mis mal à l'aise dans ce livre, c'est ce renoncement des hommes comme des femmes, cette apathie, cette non résistance...
est-ce la France actuelle qu'il décrit, avec son anti héro dépressif, décadent, lâche, indifférent et résigné .....?
Il jette ainsi à la figure du pays, sa pire image. C'est sans doute pour cela que beaucoup détestent ce livre. Moi, je l'ai trouvé aussi bon que ses précédents.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
BRIe

avatar

Féminin
Nombre de messages : 26260
Localisation : Villeneuve lez Avignon
Date d'inscription : 28/10/2008

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Sam 7 Fév - 18:58

Je ne lis pas les commentaires ce soir, (prolbème d'écran), mais ce livre ne laisse pas indifférent, il est dérangeant, et pourquoi pas ?
L'écrivain écrit de biens belles et tendres poésies, dans ce monde de bruts.
Je lirais vox commentaires avec grand intérêt Smile
Revenir en haut Aller en bas
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Sam 7 Fév - 18:59

Sapho a écrit:
Un mauvais point cependant : l’auteur a tendance à tomber dans la «littérature porno», décrivant sur des dizaines de lignes les ébats de son personnage avec diverses prostituées, ce qui n’apporte pas grand-chose à l’histoire, et révèle l’état d’esprit de Houellebecq.

il en met dans tous ses livres ! je pense que c'est de la provoc !
J'aime assez son humour acide et désenchanté.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8371
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Sam 7 Fév - 19:34


J'aime aussi son humour désenchanté et acide mais ses dérives pornographiques étaient plus appropriées dans son livre" PLATEFORME " que dans celui-ci.
Le livre que j'ai préféré reste toujours " LA POSSIBILITE D'UNE ILE "

study study study
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Sam 7 Fév - 20:50

surtout qu'il n'a pas besoin de ça pour vendre !
Oui.... La possibilité d'une ile. Tu as eu raison d'insister pour que je le reprenne, je ne sais pas du tout pourquoi je l'ai laissé tomber  ?
Je me suis promis de le relire, je suis sûre que j'ai laissé passer des clins d'œil dont il est habitué !
Que penses-tu de ce que j'ai dit dans mon "ressenti" de Soumission ?
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Sam 7 Fév - 21:05

Sapho a écrit:
il décrypte aussi froidement les schémas sclérosés auxquels nous avons tendance à adhérer dans notre vie amoureuse, sociale ou professionnelle.

oui, mais il n'offre pas d'alternative, il se borne à constater notre manque d'évolution dans ces différents schémas. Et puis, il y a t il des alternatives ? Evoluer, oui ! mais dans quel sens ...... l'individualisme a fait son nid dans notre société, chacun pour soi. Ce qui pousse certains "humanistes" à en faire trop parfois, face à une misère entretenue par des peuples incapables de s'assumer sans une aide extérieure.
Lorsque l'on dit que nous avons perdu nos valeurs, ce sont les "élémentaires" dont il s'agit pour avoir une cohésion. La famille, le cercle d'amis, de relation, avec une entraide véritable. Et bien d'autres.......
Il se borne à constater dans son livre les dérives d'une "société" qui n'en a plus que le nom.
Il dérange ! nous sommes toujours dérangés lorsque l'on nous met face à nos manquements.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Dim 8 Fév - 12:16

Arun a écrit:
Alors ? Alors, c'est vers l'islam qu'il se tournera, par pragmatisme, voire opportunisme, et sans en faire un drame. Au fond, « ... ce serait la chance d'une deuxième vie, sans grand rapport avec la précédente. Et je n'aurais rien à regretter », concluera-t-il tout simplement. Et c'est précisément, tout au long du roman, cette simplicité et cette évidence avec lesquelles le récit avance vers son dénouement qui captivent et dérangent. Michel Houellebecq ne fait pourtant ici que poursuivre sa froide méditation, engagée de longue date, sur le désenchantement du monde occidental. Captant — en l'exagérant, peut-être, pour les besoins de son expérience — une anxiété diffuse de la modernité et de notre temps, dont il dresse le constat avec une efficacité, une absence de nostalgie confondantes.

N'oublions pas qu'il parle en tant qu'homme. Houellebecq, misogyne plein pot, ne se préoccupe pas du sort des femmes dans cette fiction ou un islamiste modéré (?) dirige le pays. D'ailleurs, il ne s'était même pas avisé qu'elles avaient disparu de l'espace public !
c'est dire.....! Cette passivité, ce laxisme, cette soumission, elles dérangent mon esprit révolutionnaire. Où es passé l'esprit des français de 1789 ?
il y a plusieurs façon de soumettre un pays. L'argent est le nerf de la guerre, dit-on, il démontre aussi qu'il est tout puissant pour réduire un peuple à une bande de moutons.
Ce n'est qu'une fiction, n'est ce pas ? elle appelle quand même à la réflexion. D'ailleurs, ce livre appelle à s'interroger.
. Captant — en l'exagérant, peut-être, pour les besoins de son expérience — une anxiété diffuse de la modernité et de notre temps, dont il dresse le constat avec une efficacité, une absence de nostalgie confondantes (citation)
C'est peut être la nostalgie qui fait réagir .... Tout en acceptant la modernité, on peut ne pas faire fi de ce qui fut.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10672
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Dim 8 Fév - 22:45

De cet auteur, j'ai lu Particules élémentaires et La Possibilité d'une île. Le premier m'avait plu sans me laisser un souvenir impérissable, je l'avoue. Le second m'a ennuyée. Le style très particulier ne m'accroche pas. Ce dernier roman m'attire modérément et surtout j'ai d'autres envies en ce moment du moins !
Je n'en lis pas moins vos commentaires détaillés avec intérêt !

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Lun 9 Fév - 14:05

c'est un livre qui appelle la réflexion. Mais on peut ne pas aimer le style Houellebecq, volontairement plat : il écrit comme il parle, sans passion, sans élan, se bornant à rapporter des faits et les résultats pessimistes de ses réflexions sur le siècle où nous vivons.
Pourtant, c'est aussi un poète et j'aime certains de ses poèmes. Mais il est vraiment désenchanté ! Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10672
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Lun 9 Fév - 14:29

le lémurien a écrit:
Mais il est vraiment désenchanté !
Pas vraiment envie d'être déprimée ! Laughing

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Lun 9 Fév - 14:41

hé bé, tu vois, il n'arrive pas à me déprimer ! c'est un monde ....
alegre
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8371
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Lun 9 Fév - 18:49

EXTRAIT DE " CARNET DE GRANDS CHEMINS "

Houellebecq est sensible à la poésie qui traverse jusqu'à l'absence et le
vide de la vie la plus traquée, à cette poésie cependant qui ne se laisse pas prendre
au piège de cette absence et ce vide, qui ne se complaît surtout pas, qui se
faufile et s'accroche au moindre espace qui puisse loger une vibration, un rappel
à l'existence ou le sentiment de la conscience du malheur :

Le but de la vie c'est d'aimer
Chacun le dit, chacun le sait
Tes paroles sont inutiles
Je ne sens plus ton corps fragile
Et le but de ma vie s'efface
Droit devant, la tour Montparnasse
Dont les étages au ralenti
S'allument comme un rêve englouti
Nous traversons le commercial
Comme une enveloppe irisée
Dont les stimuli névrosés
Délimitent un destin brutal.
C'est notre vie, c'est notre mort
Qui se dessinent sur les réseaux
La ville nourrit ses bourreaux
Et le dégoût emplit nos corps
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Lun 9 Fév - 19:09

merci ma Sapho, j'avais lu quelques poèmes de lui et j'en avais aimé certains, celui là me plait aussi. flower

Nous traversons le commercial
Comme une enveloppe irisée
Dont les stimuli névrosés
Délimitent un destin brutal.

j'aime cette strophe !
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10672
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Lun 9 Fév - 19:38

Beau texte que je ne connaissais pas, merci Sapho. menina 
Je note, ou plutôt j'entends au passage, les ruptures du rythme de l'ensemble avec les vers 7, 8, 12 et 14 : on les entend encore mieux si on lit à voix haute.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Arundathi



Féminin
Nombre de messages : 1867
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Lun 9 Fév - 19:46

Merci  chère  Sapho ! C'est  un très  beau texte en effet ! Une agréable découverte d'une extrême sensibilité. I love you
Revenir en haut Aller en bas
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Lun 9 Fév - 21:15

il est d'une grande sensibilité, très écorché, très sombre.....
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Arundathi



Féminin
Nombre de messages : 1867
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Dim 15 Fév - 16:17

Mes impressions à propos de Soumission

Un roman quelque peu schématique, alternant de fortes imprécisions avec parfois du déjà vu. J'ai capté quelques réflexions intéressantes sur la difficulté du catholicisme dans ce début de 21ème siècle dans les passages concernant Péguy d’inspiration toute mystique. Également noté, ce sexisme obsessionnel de salon, dans le fond assez conformiste, même s'il cherche à ne pas l'être. Citant le rôle des femmes qu’il convient, selon le narrateur de réserver à la cuisine (si elles ont quarante ans) et au lit (qu’elles aient plus ou moins de 18 ans) ou sur les mœurs, la vision de la famille et l’économie en général. On s'aperçoit également, au fil des pages, qu'il cherche à se fondre dans les comportements de Huysmans, son grand modèle.

En définitive, un roman que je trouve dérangeant, sauvé juste parfois par l'angle humoristique de certains passages. De là à le comparer à certains romans prophétiques du XXe siècle comme "1984" de George Orwell et "Le Meilleur des mondes" d'Aldous Huxley ", je pense qu'il y a une marge !

Houellebecq a un certain talent, on ne peut pas le nier. Mais j'ai ressentie cette impression d'une sorte thérapie personnelle, d'un être toujours torturé (la même image qui ressort toujours de lui) en mal de vivre sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10672
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Dim 15 Fév - 17:29

Tes réserves, Arun, viennent renforcer mes hésitations !   Si je le lis, ce ne sera pas tout de suite et seulement si je le trouve à la bibliothèque.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Dim 15 Fév - 19:55

Pas tentée non plus  mais je lis vos commentaires avec intérêt moi aussi. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8371
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Mer 18 Fév - 19:37

L'écriture houellebecquienne


La première irritation qui peut apparaître à la lecture de Houellebecq tient à son style. Car quoi qu'on en dise, il y a un style Houellebecq inhérent à sa vision de l'homme et de la société.
Le profond cynisme et la causticité de ses textes sont servis par une rhétorique volontairement pauvre, délaissant la métaphore et la suggestion au profit de procédés plus directs : la juxtaposition; le laconisme des bilans tirés d'une expérience ; le brusque resserrement d'une considération générale vers un jugement personnel.Cette évaluation neutre est entrecoupée de mots grossiers ou d'injures qui tranchent avec la neutralité générale du ton.
Le style auquel Houellebecq adhère depuis le début de sa production est une écriture antilyrique qui traduit le regard désabusé d'individus moyens face à leurs contemporains et au monde .
Je pense qu'en littérature, il contribue en profondeur à infléchir le cours de la réflexion sur le genre romanesque et plus généralement sur l'homme.
Libre à chacun d'en juger mais pour moi, il est le premier peintre d'une catégorie sociale , celle du spectateur repu mais névrosé; dégoûté mais finalement complice; oui tragiquement complice .
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23363
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Mer 18 Fév - 19:40

tu es très dure, ma Sapho, avec les gens qui le lisent avec plaisir .......

"

pour moi, il est le premier peintre d'une catégorie sociale , celle du spectateur repu mais névrosé; dégoûté mais finalement complice; oui tragiquement complice ."  oups ! Shocked
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8371
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   Mer 18 Fév - 20:08

Non justement c'est le fait de ne pas y mettre la forme qui me plaît tellement chez lui !

C'est un auteur que j'aime vraiment beaucoup .


bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michel HOUELLEBECQ   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel HOUELLEBECQ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» LA POSSIBILITE D'UNE ILE de Michel Houellebecq
» LES PARTICULES ELEMENTAIRES de Michel Houellebecq
» Michel Houellebecq et les hippies
» Michel Houellebecq - Les particules élémentaires
» Michel Houellebecq

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... francophones-
Sauter vers: