La Clef des Champs


Forum d'amitié
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tahar BEN JELLOUN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Tahar BEN JELLOUN   Dim 7 Juin - 18:17

J'ai lu beaucoup de livres de Tahar Ben Jelloun, qu'en règle générale j'aime beaucoup.
Voici un roman que je viens de lire. Il n'est pas récent; Il s'agit de Le bonheur conjugal, paru en 2012 :


4e de couverture :
Casablanca, début des années 2000. Un peintre, au sommet de sa gloire, se retrouve du jour au lendemain cloué dans un fauteuil roulant, paralysé par une attaque cérébrale. Sa carrière est brisée et sa vie brillante, faite d'expositions, de voyages et de liberté, foudroyée.
Muré dans la maladie, il rumine sa défaite, persuadé que son mariage est responsable de son effondrement. Aussi décide-t-il, pour échapper à la dépression qui le guette, d'écrire en secret un livre qui racontera l'enfer de son couple. Un travail d'auto-analyse qui l'aidera à trouver le courage de se libérer de sa relation perverse et destructrice. Mais sa femme découvre le manuscrit caché dans un coffre de l'atelier et décide de livrer sa version des faits, répondant point par point aux accusations de son mari.
Qu'est-ce que le bonheur conjugal dans une société où le mariage est une institution? Souvent rien d'autre qu'une façade, une illusion entretenue par lâcheté ou respect des convenances. C'est ce que raconte ce roman en confrontant deux versants d'une même histoire.
Mon point de vue :
Un titre empreint d'ironie pour un livre qui m'a donné une impression de malaise. Je serais très curieuse d'avoir le point de vue d'autres lecteurs et lectrices, d'autant que, après avoir terminé ce roman, j'ai eu la curiosité d'aller voir la critique ; or, elle est bonne. Du coup, je m'interroge : quelque chose m'aurait-il échappé ?

J'espère pour Tahar Ben Jelloun que son récit n'est pas autobiographique, même en partie !

En fait, ce Don Juan, terrassé par la maladie, ne m'émeut guère. C'est un artiste de renom mais l'art n'excuse pas tout ! En fin de compte, il me fait l'effet d'avoir manqué sa vie et cette façon d'en rejeter la responsabilité sur sa femme est plutôt déplaisante. Il faut être deux pour se disputer ! Quant à l'épouse, elle est franchement détestable !

Le livre est constitué de deux parties inégales, dans la première, c'est le mari qui donne sa version de l'échec conjugal et dans la seconde, bien plus courte, c'est la femme. Elle est la haine incarnée. Evidemment, sa vision des choses n'a rien à voir avec celle de son mari et elle n'éprouve aucune compassion pour lui : au contraire, cloué ainsi dans son lit, il est enfin et entièrement en son pouvoir. Terrifiant !

Qu'a voulu exprimer Jelloun ? S'il s'agit de prouver que lorsqu'un couple se déchire, chacun rejette la faute sur l'autre et est persuadé de détenir la vérité, il me semble que le thème frise le cliché, en tout cas, je n'ai pas trouvé qu'il était renouvelé dans ce roman. De même, s'il s'agit de montrer qu'on espère toujours en vain changer l'autre, c'est aussi une idée assez banale, je trouve.

Enfin et hélas, je n'ai pas vraiment retrouvé, sauf dans de rares et courts passages, la plume de Jelloun telle que je l'apprécie.
Sans doute allez-vous me trouver sévère mais, encore une fois, un autre avis m'intéresserait vivement. alegre

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22756
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Dim 7 Juin - 18:51

il me semble d'avoir lu un livre de lui il y a longtemps, mais je ne m'en souviens plus, il n'a pas du me marquer.....
Je lirai celui-ci pour te donner la réplique ! Razz  si je le trouve ?....... Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Dim 7 Juin - 19:45

J'en ai lu plusieurs que j'ai beaucoup aimés, entre autres La nuit sacrée , L'enfant de sable et un autre plus court qui m'a marquée, Par le feu. Quand Sapho reviendra, elle aura peut-être envie de parler de ceux qu'elle connaît. C'est sur son conseil que j'ai découvert Cette aveuglante absence de lumière, excellent.
Ils sont souvent proposés dans les bibliothèques. De quoi discuter ! Very Happy

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22756
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Lun 8 Juin - 9:58

oui oui, ma Nic, je vais regarder à ma bibliothèque ! flower
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Lun 8 Juin - 19:51

Je viens de relire Par le feu, publié chez Gallimard en mai 2011. J'avais été bouleversée par la première lecture de ce texte, court (50 pages) et très sobre, qui a pour point de départ l'immolation par le feu du Tunisien Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010. Ce tragique événement fut à l'origine de la révolution de Jasmin en Tunisie.
Tahar Ben Jelloun imagine les derniers jours vécus par ce jeune homme, chômeur malgré un diplôme décroché à la faculté des Lettres ; pour survivre et subvenir aux besoins de sa mère diabétique et de ses frères et sœurs, il devient marchand ambulant. Mais il se heurte à de multiples difficultés, à la corruption et à la violence de ceux mêmes qui devraient assurer l’ordre.
On connaît d’avance l’issue funeste. L’intérêt du récit est donc ailleurs. Pour ma part, j’y ai vu la démonstration que Mohamed était avant tout un jeune homme ordinaire, dont on a fait, après sa mort, un héros de la révolution ou un martyr. Le vocabulaire simple, les phrases courtes mettent en valeur cet anonymat initial du jeune homme mais aussi le contexte dans lequel est né le soulèvement tunisien. La dénonciation d’un système qui ne peut pas continuer ainsi jaillit des faits eux-mêmes qui ne sont que des petites choses du quotidien, vécues par des milliers d’autres. Tahar Ben Jelloun donne également à penser que le suicide de Mohamed est le résultat d’une pulsion subite, non réfléchie finalement, ce qui le rend plus poignant encore.
Le texte commence ainsi :

Citation :
En rentrant du cimetière où il venait d’enterrer son père, Mohamed sentit que le fardeau qu’il portait s’était alourdi. Il était courbé, vieilli, marchait lentement. Il venait tout juste d’avoir trente ans. Il n’avait jamais fêté son anniversaire. Les années passaient et se ressemblaient. La pauvreté, le manque, une résignation vague assuraient à sa vie une tristesse devenue avec le temps naturelle. Comme son père, il ne se plaignait jamais. Il n’était pas fataliste ni même religieux.La disparition de son père bouleversait ses plans. Il était l’aîné et donc désormais le responsable de la famille. Trois frères et deux sœurs.

Il n'est pas certain que le récit corresponde à la réalité du vécu du vrai Mohamed mais peu importe. Ce texte très littéraire finalement se veut manifestement une dénonciation, simple, directe, ce qui n'altère ni son émotion ni sa poésie. La réflexion qu'il suscite va au-delà de l'événement déclencheur du printemps arabe car, dans tous les pays du monde aujourd'hui, des êtres, désespérés à cause de leur travail, se suicident. Je trouve que ce texte remarquable aurait mérité qu'on parle davantage de lui.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Suzanne

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22758
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Mar 9 Juin - 9:52

Je n'ai lu que "la nuit sacrée" c'était très beau.

_________________


ne dit rien/n'ose pas /de peur/de faire mal
et la mer/se couche à ses pieds
comme une bête aimable.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-clef-des-champs.sosblog.fr/
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22756
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Mar 9 Juin - 10:11

Nic, le bonheur conjugal est à la bibliothèque, je vais le prendre la prochaine fois que j'y vais.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Mar 9 Juin - 10:44

Suzanne a écrit:
Je n'ai lu que "la nuit sacrée" c'était très beau.
Tu t'en souviens ? Peut-être peut-on en reparler. Sapho aussi l'a lu, je crois. Et toi, Ysou, ce titre ne te rappelle rien ?

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22756
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Mar 9 Juin - 12:31

non ma Nic, mais je vais relire le résumé, peut-être que ça me dira quelque chose ...
D'un autre côté, compte tenu de ce que vous en avez dit, Suzanne dernièrement, si je l'avais lu, je m'en souviendrais certainement !
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8187
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Mar 9 Juin - 15:02

J'ai lu pas mal de livres de Tahar Ben Jelloun et il y en a un que j'ai particulièrement aimé. Il s'intitule : JOUR DE SILENCE A TANGER


RESUME


C'est une de ces mauvaises journées à Tanger, journée de vent et de solitude. Dans sa chambre aux murs fissurés, tâchés d'humidité, dans sa grande maison aux nombreuses pièces inoccupées où, patriarche irascible, il a longtemps régné, le vieil homme s'ennuie. Le temps qui passe, les enfants ingrats, l'épouse mal soumise, les amis absents ou morts, les médicaments imbéciles qu'il jette à la poubelle par orgueil... A certains moments, tout excite son courroux. Faudrait-il baisser pavillon, renoncer, sous prétexte qu'on est vieux et rendu à merci par la maladie ?
A d'autres moments, ce sont les images douces d'une femme ou d'une jeune fille qui inonderait sa poitrine de sa chevelure dénouée. Il se souvient aussi des jambes des filles, des seins d'une servante, trop libres sous le voile léger de ses robes. Pourquoi s'imagine-t-on parfois la vieillesse libérée du désir ? Il pense aussi à ces jours encore proches où ses doigts coupaient habilement le tissu et où chacun admirait sa dextérité de tailleur. Pourquoi lui n'a-t-il jamais fait fortune ? Est-il arrivé trop tard à Tanger ? Aurait-il eu tort de ne point mentir ou tricher comme les autres ?
Le narrateur, lorsqu'il reprend la parole, revient durement sur les inclinations tyranniques du vieillard, son goût pour les mots acerbes, ceux qui blessent et meurtrissent : son égoïsme impérial et ses exigences de tous les instants. Défilent alors de menus événements de la vie passée, mariages, fêtes familiales, brouilles, parentèle oublieuse, voisins ridicules... Comme la chronique véritable et actuelle d'un quartier du Maroc.
Et insensiblement, quoique la chose ne soit jamais dite, on comprend que c'est un fils qui parle de son père, que c'est Tahar Ben Jelloun qui parle du sien, dans l'immédiate et pathétique vérité d'un récit.



QU'EN DIRE?

A Tanger, dans une grande maison vide et délabrée, par un jour de vent et de solitude, un vieil homme s'ennuie et se souvient. Visages, voix, bousculades des voisins d'hier, chevelure de femme. Une vie entière tient dans une seule journée de silence. Faut-il accepter d'être vieux ? Dans ce récit contenu que domine l'image du père, le narrateur est sans complaisance. Alors, de loin en loin, le vieil homme prend la parole pour lui répondre et murmurer ce qui, jamais, ne fut dit. Monologue impitoyable mais rempli de tendresse pour un père dont le fils se souvient avec crainte, tendresse et mélancolie; un récit écrit avec justesse, simplicité; un récit moite où s'accumule révolte, incompréhension, insatisfaction et rancoeur .
Un magnifique récit à lire à tout prix; pour moi, le meilleur livre de Tahar Ben Jelloun !





study study study
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22756
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Daoud/Ben Jelloun   Lun 28 Mar - 9:18

Nic au sujet de Kamel Daoud a écrit:
Tahar Ben Jelloun aussi s'est exprimé sur le thème de la condition de la femme dans les pays arabes dans des articles ou des interviews et dans ses romans, en particulier L'enfant de sable.

mais oui, c'est vrai ! j'avais oublié .... il me semble avoir lu "l'enfant de sable" lorsque nous étions sur GDS scratch en tout cas, j'ai lu Ben Jelloun.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8187
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Lun 28 Mar - 11:45

Magnifique livre de Tahar ben Jalloun dont l'extrait suivant illustre bien le sujet dont vous parlez :


"Le père semble embourbé dans son malheur car il n’a aucun fils. La religion est impitoyable pour l’homme sans héritier. Ainsi il est présenté au bord du désespoir et de la ruine, il a honte de son corps, il ignore ses filles et accable sa femme. Son honneur est perdu, sa fierté froissée, il accuse sa femme de tous ses malheurs. Avant la huitième naissance, il est un homme résigné et reclus dans un déshonneur affiché à travers ses 7 filles. Lui aîné, raillé et humilié par ses propres frères, subit le poids de la pression sociale et familiale. La mère est décrite comme une femme soumise, obéissante. Dénigrée par son mari et socialement ignorée : elle n’a pas engendré de mâle, donc elle ne peut pas être une mère. Ne mettre au monde que des filles, est synonyme de handicap, d’infirmité. Elle reporte sur ses sept filles tout son malheur, chaque naissance est un deuil."

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Lun 28 Mar - 11:56

Merci Sapho pour ce rappel éloquent. flower flower

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22756
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Lun 28 Mar - 14:33

il y a peu de temps, personne ne savait que c'était l'Homme qui déterminait le sexe du bébé à naître...
Maintenant, on le sait.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8187
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Mar 19 Avr - 15:52

Je viens de terminer un livre de cet auteur qui sort un peu de l'ordinaire; il s'intitule : L'ABLATION


RESUME




«Témoins vigilants, observateurs attentifs, il arrive parfois que les romanciers se voient confier des vies pour les raconter dans leurs livres. Ils font alors fonction d'écrivain public. C'est ce qui m'est arrivé il y a deux ans lorsqu'un ami, qui avait été opéré de la prostate, m'a demandé d'écrire l'histoire de son ablation. Je l'ai écouté pendant des heures. Je l'ai accompagné dans ses pérégrinations hospitalières. Je suis devenu ami avec le professeur d'urologie qui le suivait. L'idée d'un livre s'est imposée peu à peu. Un livre utile qui rendrait service aux hommes qui subissent cette opération, mais aussi à leur entourage, leur femme, leurs enfants, leurs amis, qui ne savent comment réagir. Mais la situation était délicate : fallait-il, comme le demandait mon ami, tout raconter, tout décrire, tout révéler ? Après réflexion, j'ai choisi de tout dire.» Tahar Ben Jelloun








RESSENTIS


« L’ablation » de Tahar Ben Jelloun est le récit intime d’un homme face au cancer de la prostate. C’est la description d’un combat contre cette maladie, dont on parle peu…  reflet de la souffrance de beaucoup d’hommes qui n’osent en parler, souvent par simple pudeur.L’auteur a fait le choix d’écrire à la première personne, pour sensibiliser le lecteur à la vulnérabilité du patient.Il nous décrit « l’avant » et « l’après » opération. Le récit est très court, très bien écrit, avec des mots justes, parfois crus mais sans tabou.Le cancer de la prostate est l’équivalent du cancer du sein pour les femmes. Pour autant, ce livre n’est pas réservé seulement aux hommes, bien au contraire…
study study study

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Mar 19 Avr - 15:56

Intéressant, Sapho, je sens que je vais m'y intéresser. Wink  Merci I love you   study

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 22756
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Mar 19 Avr - 17:59

moi aussi, merci ma Sapho !
"Le cancer de la prostate est l’équivalent du cancer du sein pour les femmes."
 je n'avais jamais pensé à ça ! mais cela parait évident.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8187
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Ven 2 Sep - 19:37

LIVRE LU : LES YEUX BAISSES

RESUME


Les Yeux baissés. Dans l'âpre dénuement d'un village berbère du Sud marocain, une petite fille - la narratrice - s'affronte à sa tante, incarnation du mal, découvre la cruauté, rêve à son père parti travailler en France et porte en elle un indicible secret, laissé par l'arrière-grand-père : celui du trésor enfoui clans la montagne et qu'elle seule, au nom du village, pourra découvrir... Un jour d'après drame, le père revient de "Lafrance" pour arracher toute sa Famille au désastre du village et la ramener à Paris, dans le quartier de la Goutte d'Or. La narratrice, dès lors, découvre un univers qu'elle ne soupçonnait pas : les voitures et la pluie, mais aussi les livres et la langue française, l'égoïsme raciste des uns, la générosité des autres, et l'amour... Ce long apprentissage, cette "deuxième naissance", marque aussi un lent, un irrésistible déracinement, qui laissera l'ancienne "petite fille" dans l'ambiguïté d'un territoire nouveau : un « troisième lieu » qui n'est ni la terre natale ni le pays d'adoption. Dans ce grand et ample roman de la maturité, Tahar Ben Jelloun conjugue tous les thèmes qui ont nourri son oeuvre : le déracinement et l'exil, la fatalité du malheur, le déchirement entre deux cultures, la condition des femmes. Celles qui vivent encore les yeux baissés...











RESSENTIS


Tahar Ben Jelloun utilise les thèmes de la folie et de la superstition comme des procédés narratifs pour dénoncer la condition de la femme et des immigrés. En même temps, ces thèmes donnent à l’écrivain l’occasion de construire un texte hybride, parfois difficile à lire. Il se crée une forme, de l’écriture qui laisse voir peut-être le véritable dilemme de l’auteur ; à savoir comment dire l’identité et les problèmes d’un monde maghrébin, de culture arabo-musulmane en constante mutation dans une langue qui n’est pas la sienne. Ben Jelloun semble avoir trouvé une voie médiane qui fait l’originalité et la grande audace de son style. En puisant dans les mythes, les contes et l’imaginaire populaire de son pays il ne manque jamais de critiquer le poids de la tradition et les anachronismes de sa société, tout en refusant d’ignorer les abus de son pays d’adoption, la France, à l’égard des immigrants.
Livre puissant, digne d'un grand érudit !


  

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10286
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   Ven 2 Sep - 23:00

A retenir... merci Sapho flower flower flower flower

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tahar BEN JELLOUN   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tahar BEN JELLOUN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA REMONTEE DES CENDRES de Tahar Ben Jelloun
» Tahar BEN JELLOUN (Maroc)
» [Ben Jelloun, Tahar] Le Dernier Ami
» Tahar Ben Jelloun (MAROC)
» BEN JELLOUN Tahar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... francophones-
Sauter vers: