La Clef des Champs

La Clef des Champs

Forum d'amitié
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Yoko OGAWA( Japon )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8363
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Yoko OGAWA( Japon )   Jeu 12 Nov - 15:50



BIOGRAPHIE


Nationalité : Japon 
Né(e) à : Okayama , le 30 mars 1962 



Yoko Ogawa est une écrivaine japonaise, auteur de nombreux romans - courts jusqu'en 1996 - ainsi que de nouvelles et d'essais. Elle est diplômée de l'université Waseda et elle vit à Ashiya, Hyōgo, avec son mari et son fils.

Elle a remporté le prestigieux Prix Akutagawa pour "La Grossesse" en 1991, et également les Prix Tanizaki, Prix Izumi, Prix Yomiuri, et le Prix Kaien pour son début.

Son univers obsédant, son écriture d'une exigence totale, d'une économie et d'une accuité remarquables, donnent à son œuvre déjà importante une place indéniable dans la littérature contemporaine.

Ses romans sont caractérisés par une obsession du classement, de la volonté de garder la trace des souvenirs ou du passé (L'Annulaire, 1994 ; Le Musée du Silence, 2000, "Cristallisation Secrète", 1994), cette volonté conjuguée à l'analyse minutieuse de la narratrice (ou, moins fréquemment, du narrateur) de ses propres sentiments et motivations (qui viennent souvent de très loin) débouchant fréquemment sur des déviations et des perversions hors du commun, le tout écrit avec des mots simples qui accentuent la force du récit.

Elle est influencée par les écrivains japonais classiques comme Junichiro Tanizaki, mais également, grâce à son écrivain préféré Haruki Murakami, par des auteurs américains comme F. Scott Fitzgerald, Truman Capote et Raymond Carver. Pendant ses études en littératures anglaises/américaines à l'université de Tokyo, son professeur, Motoyuki Shibata (qui a fait la première traduction d'Ogawa en anglais, et traducteur en japonais de Paul Auster) lui fait connaître Paul Auster, dont le roman Moon Palace a eu une grande influence sur Ogawa.

L’œuvre de Yoko Ogawa, qui ne cesse d’être traduite dans le monde entier, est publiée en France par Actes Sud. Récemment parus : Les Tendres Plaintes (2010), Manuscrit zéro (2011) et Les Lectures des otages (2012).


LIVRE LU : LE PETIT JOUEUR D'ECHEC









RESUME




Un petit garçon né avec les lèvres scellées vit aujourd'hui avec un léger duvet sur la bouche, une hypersensibilité à tout déplacement d'air. Après la disparition de sa mère, il passe de longs moments sur la terrasse d'un grand magasin, là où serait morte l'éléphante Indira. On dit que ce bel animal, mascotte d'un lancement promotionnel, devint un jour trop gros pour quitter les lieux.
Un matin, cet enfant solitaire découvre le corps d'un homme noyé dans le bleu d'une piscine. Et c'est en cherchant à savoir qui était ce malheureux que le gamin rencontre un gardien d'usine, un être obèse installé dans un autobus immobile et magique. Dès lors se dessinent entre eux une confiance quasi filiale, une relation toute familiale, un désir de legs, une envie d'héritage.
L'homme, passionné par les échecs, va faire du gamin son héritier de coeur, il va lui enseigner la stratégie du jeu, tout un art auquel le jeune garçon ajoute une spécificité: il joue tel un aveugle, sans voir son adversaire, sans voir les pions ...
Retrouvant dans ce livre le motif du vieillard et de l'enfant, celui du lien issu d'une passion partagée, Yoko Ogawa poursuit l'exploration du sensible pour interroger, tel un écho silencieux, l'attachement à ceux qu'on aime, éternel.


RESSENTI


Yoko Ogawa file la métaphore comme personne : elle possède un univers mental bien à elle, un peu comme Murakami, son compatriote, l’a fait dans ses premiers livres. Les échecs lui donnent ici l’occasion de dérouler son fil : que ce soit sur la blancheur (celle de la peau du maître ou de ses pâtisseries ou de la colombe de Miira) ou sur le thème de l’océan : l’apprentissage des échecs est comparable à une étendue d’eau dans laquelle il conviendrait de s’enfoncer toujours plus loin, comme un plongeur en apnée, pour y trouver le calme et la beauté qui sied non pas à la déroute de l’adversaire, mais bien plutôt pour composer avec l’autre un poème qui englobe la façon dont joue le partenaire et tisser ainsi une symphonie en toute majesté. Symphonie dont on pourra tirer une transcription écrite, seule trace de ce moment éphémère capturé par Miira réincarnée, dont il ne restera plus rien si ce n’est le souvenir dans la mémoire de « Little Alekhine ».

Transcrire, laisser une trace, pénétrer dans l’esprit de son partenaire : ne peut-on pas y voir également une métaphore de la littérature et de la possibilité pour le lecteur d’entrer dans l’univers de son auteur ?

Quoi qu’il en soit, le petit joueur d’échecs est un conte initiatique, à la frange du fantastique, mais surtout un petit bijou que nous a composé là une Yoko Ogawa en totale maîtrise de son art littéraire.


  

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Florence 24



Féminin
Nombre de messages : 5415
Localisation : Gironde
Date d'inscription : 19/03/2014

MessageSujet: Re: Yoko OGAWA( Japon )   Jeu 12 Nov - 18:09

Merci pour ce post Sapho, je ne connaissais pas cette écrivaine japonaise   Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f50-florence-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23344
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Yoko OGAWA( Japon )   Ven 13 Nov - 8:39

Sapho a écrit:
ou sur le thème de l’océan : l’apprentissage des échecs est comparable à une étendue d’eau dans laquelle il conviendrait de s’enfoncer toujours plus loin, comme un plongeur en apnée, pour y trouver le calme et la beauté qui sied non pas à la déroute de l’adversaire, mais bien plutôt pour composer avec l’autre un poème qui englobe la façon dont joue le partenaire et tisser ainsi une symphonie en toute majesté. Symphonie dont on pourra tirer une transcription écrite, seule trace de ce moment éphémère capturé par Miira réincarnée, dont il ne restera plus rien si ce n’est le souvenir dans la mémoire de « Little Alekhine ».


merci pour ce ressenti étonnant : cette poétique comparaison entre le joueur d'échec et un plongeur en apnée adepte de la beauté, un poète et un compositeur.

Je connais un joueur d'échec à qui je vais transmettre  ton texte (Rotko), s'il ne connais pas encore ce livre, il le recherchera, à coup sûr.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23344
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Yoko OGAWA( Japon )   Ven 13 Nov - 10:37

J'ai une réponse de Rotko, il ne l'a pas lu et te remercie pour ce très beau commentaire. flower
(le lémurien facteur)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Sapho

avatar

Féminin
Nombre de messages : 8363
Localisation : BRABANT WALLON-BELGIQUE
Date d'inscription : 14/03/2014

MessageSujet: Re: Yoko OGAWA( Japon )   Sam 20 Aoû - 14:42

   LIVRE LU : CRISTALLISATION SECRETE




RESUME




L'île où se déroule cette histoire est depuis toujours soumise à un étrange phénomène : les choses et les êtres semblent promis à une sorte d'effacement diaboliquement orchestré. Quand un matin les oiseaux disparaissent à jamais, la jeune narratrice de ce livre ne s'épanche pas sur cet événement dramatique, le souvenir du chant d'un oiseau s'est évanoui tout comme celui de l'émotion que provoquaient en elle la beauté d'une fleur, la délicatesse d'un parfum, la mort d'un être cher. Après les animaux, les roses, les photographies, les calendriers et les livres, les humains semblent touchés : une partie de leur corps va les abandonner. 
En ces lieux demeurent pourtant de singuliers personnages. Habités de souvenirs, en proie à la nostalgie, ces êtres sont en danger. Traqués par les chasseurs de mémoires, ils font l'objet de rafles terrifiantes... 


Un magnifique roman, angoissant, kafkaïen. Une subtile métaphore des régimes totalitaires, à travers laquelle Yoko Ogawa explore les ravages de la peur et ceux de l'insidieux phénomène d'effacement des images, des souvenirs, qui peut conduire à accepter le pire.











RESSENTIS


OGAWA tente de montrer le réel que l'on ne voit pas et déploie à partir de là un univers étrange et fort, où les objets semblent animés et


 les êtres mus par quelque chose qui les dépassent, on vogue alors entre l'animisme shintô et la psychanalyse. Son écriture, simple 


et poétique, est magnifiquement traduite par Rose-Marie Makino-Fayolle.



Avec Cristallisation secrète, on entre dans l'inquiétante étrangeté d'une réalité qui dérape, qui dévie vers des possibles angoissants. 

On ne peut s'empêcher de penser à un autre monde, le nôtre, où disparaissent espèces végétales et animales, mais aussi savoirs, outils, idées, dans une innocente indifférence.

On ne peut s'empêcher de penser avec l'organisation de cette amnésie collective à ce totalitarisme plus si latent, qui formate, encadre, surveille, contrôle et voudrait faire disparaître tout ce qui lui résiste. 

Publiée en 1994 au Japon et seulement en 2009 en Europe, cette œuvre agit encore sur nos imaginaires, en 2016.


study study study

_________________
Nous sommes nos choix. 
            (Sartre)
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f91-sapho-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10668
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Yoko OGAWA( Japon )   Dim 21 Aoû - 19:12

Je ne connais pas et j'ai grande envie de lire ce livre study , merci Sapho 

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 23344
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Yoko OGAWA( Japon )   Dim 21 Aoû - 21:31

On ne peut s'empêcher de penser avec l'organisation de cette amnésie collective à ce totalitarisme plus si latent, qui formate, encadre, surveille, contrôle et voudrait faire disparaître tout ce qui lui résiste. 

Publiée en 1994 au Japon et seulement en 2009 en Europe, cette œuvre agit encore sur nos imaginaires, en 2016.


une pensée unique ? comme chez nous ?
ça m'intéresse. Merci ma Sapho.
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 10668
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Yoko OGAWA( Japon )   Lun 5 Sep - 19:08

Je viens de terminer Cristallisation secrète.
Surprenant roman dont on se détache difficilement. Il fait irrésistiblement penser à Kafka, ne serait-ce que parce que le héros du Procès ne sait pas pourquoi on le condamne et celui de La métamorphose ne sait pas non plus pourquoi il devient un insecte, car, dans cette île qui n’a pas de nom, les personnages (et les lecteurs!) ignorent qui ordonne les disparitions successives et pourquoi. Ce qui est terrible c’est que tous les protagonistes, y compris la narratrice romancière, acceptent l’état de fait et même se montrent dociles. Tous sauf un, R, obligé de se cacher, de vivre prisonnier dans une pièce aveugle et étroite, le seul pourtant à être libre puisqu’il s’acharne à conserver le souvenir de ce qui a disparu.
À un moment la narratrice envisage la disparition terrifiante des mots. Heureusement, ce sont ses mots justement qui vont rester quand elle aura totalement disparu.
Un livre qui fait réfléchir, sans fioritures, avec une certaine poésie parfois, et une indéniable force.
Merci Sapho   , pour cette belle découverte study I love you study I love you

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yoko OGAWA( Japon )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yoko OGAWA( Japon )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yôko OGAWA (Japon)
» Ogawa Yoko (Japon)
» [Ogawa, Yoko] Les tendres plaintes
» MANUSCRIT ZERO de Yôko Ogawa
» Ito OGAWA (Japon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs... asiatiques-
Sauter vers: