La Clef des Champs

La Clef des Champs

Forum d'amitié
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Laurent SEKSIK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 11018
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Laurent SEKSIK   Ven 1 Aoû - 0:09

Voilà un auteur dont il avait été question sur GDS* ICI

C'est le premier livre de lui que je lis et il mérite le détour.
L’auteur :

Né en 1962 à Nice, Laurent Seksik a une formation de médecin et de journaliste. Il fut critique littéraire pour Le Point, chroniqueur sur France Inter, producteur d’une émission consacrée aux livres sur I Télé, et rédacteur en chef du Figaro Etudiant. Il est l’auteur de six romans dont Les derniers jours de Stefan Zweig traduit dans quinze langues.

Le cas Eduard Einstein                      1

4e de couverture :

« Mon fils est le seul problème qui demeure sans solution », écrit Albert Einstein en exil. Eduard a vingt ans au début des années 1930 quand sa mère, Mileva, le conduit à l'asile. Le fils d'Einstein finira ses jours parmi les fous, délaissé de tous, dans le plus total dénuement. Trois destins s'entrecroisent dans ce roman, sur fond de tragédie du siècle et d'épopée d'un géant. Laurent Seksik dévoile un drame de l'intime où résonnent la douleur d'une mère, les faiblesses des grands hommes et la voix du fils oublié.

Publié chez Flammarion en 2013

Mon point de vue

Contre l’avis de sa famille, Einstein avait épousé une Serbe orthodoxe, Mileva Maric ; ils eurent trois enfants, une petite fille qui ne vécut que quelques mois et deux garçons, Hans-Albert et Eduard. Ce mariage se révéla un échec, avec d’abord la mort occultée de la petite fille quasi abandonnée à la naissance par sa mère qui se sentira éternellement coupable. Albert partit seul pour Berlin, laisant seuls en Suisse sa femme et ses fils. Après le divorce, il refit sa vie avec sa cousine. Il ne joua jamais vraiment son rôle de père, se contentant d’envoyer de l’argent, dont la totalité du montant de son prix Nobel.

Eduard souffrit particulièrement de cette absence de père, ce qui aggrava peut-être ses troubles survenus vers l’âge de 19 ans jusqu'à une schizophrénie grave qui l’empêcha de travailler et de s’assumer. Il vécut avec sa mère dans un appartement puis dans l'asile de Burghölzli à Zurich, où il passa trente-trois ans jusqu’à sa mort.

Le livre est présenté comme un roman. C’est en fait la biographie romancée du personnage d’Eduard, à la fois particulier à cause de sa pathologie, et très attachant parce que d’une grande sensibilité (c’est un excellent pianiste), sachant parfois faire preuve d’une étonnate lucidité par rapport à ce qu’il est profondément. Haine et admiration à l’égard de son père se mêlent, posant le difficile problème de sa filiation.

En outre, le contexte historique est très présent au fil des pages avec l’ascension d’Hitler, la montée du nazisme, la persécution des juifs, l’extermination organisée des handicapés physiques et mentaux et des personnes âgées.

Le point de départ du roman se situe en 1930 au moment du premier internement d’Eduard. Chaque chapitre, plutôt court, est centré sur l’un des personnages, Albert, Mileva, Hans-Albert, ou Eduard avec une particularité : seuls les chapitres consacrés à Eduard sont écrits à la première personne comme si le narrateur s’effaçait derrière son personnage principal alors que dans tous les autres, est utilisé le pronom de 3e personne.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 11018
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Laurent SEKSIK   Ven 1 Aoû - 0:16

Le cas Eduard Einstein      2

J’ai été frappée par la sobriété, la justesse de ton adopté d’un bout à l’autre. Tous les personnages sont présentés avec subtilité : ainsi, Mileva, boiteuse, mère admirable, surprotectrice, une intellectuelle qui n’a pas eu de chance,  émeut jusque dans ses moments de rancœur à l’égard d’Albert.

Ce dernier, jamais jugé par l’auteur-narrateur est le génie qu’on croit connaître, en proie aux pires difficultés parce qu’il est juif mais aussi parce qu’il n’a pas d’autre choix que l’exil aux Etats-Unis. On le voit dans ses grands combats contre le racisme, le maccarthysme ; le FBI voit en lui un espion de Moscou ; Einstein prône l’usage de la bombe atomique contre l’Allemagne mais pas contre le Japon ; il finit par susciter une véritable haine contre sa personne. Mais, dans ce livre, il apparaît aussi comme un homme vulnérable, fuyant constamment sa responsabilité de père, en particulier envers Eduard qui aurait tant besoin de lui et qu’il abandonne littéralement. La réussite du romancier réside dans le fait qu’on s’interroge beaucoup au sujet du grand homme et qu’en fin de compte on s’abstient de le juger négativement car on n’arrive pas à savoir s’il se rend compte ou non des dégâts qu’il provoque quand par exemple, jamais il ne témoigne la moindre marque d’affection à Eduard ou quand il hésite mais renonce à se rendre auprès de son fils mourant.

Il faudrait aussi parler d’Hans-Albert, le fils qui a réussi en apparence : il devient ingénieur, part aux Etats-Unis lui aussi, se marie, a des enfants mais il s’installe loin de son père et on a le sentiment que l’abandon paternel l’a, lui aussi, profondément perturbé. Il s’est visiblement construit en opposition à son père : Albert est athée, lui appartient à l’église scientiste, ce qui le conduit à refuser de soigner avec des médicaments son fils atteint de diphtérie (il en mourra).

Enfin, l’auteur étant médecin, la place occupée dans le roman par la schizophrénie est très importante : les délires, les traitements de l’époque (cure de Sakel, camisole, électrochocs, enfermements très durs avec des infirmiers sans humanité, sauf un ! personnage attachant lui aussi)... Ce sont des pages que j'ai trouvées passionnantes.

ll y aurait encore beaucoup à dire sur ce livre qui m’a vraiment beaucoup plu et que je recommande vivement.

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
le lémurien

avatar

Féminin
Nombre de messages : 24066
Localisation : à gauche d'Alpha du Centaure
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Laurent SEKSIK   Ven 1 Aoû - 7:42

coucou ma Nic  menina toi, tu t'es couchée tard ! c'est pas bien. Fessée ?
tu m'intrigues avec ce livre sur Einstein, je le note sur ma liste que je contemple avec désespoir !   quand aurais je le temps de lire ? d'emporter un bouquin près de l'Océan, me poser enfin et arrêter de penser à des choses "bassement matérielles" ! avoir une maison "habitable", retrouver un semblant de sérénité, un peu de solitude... là où "le bruit lointain du monde expire en arrivant..." (Lamartine).
Revenir en haut Aller en bas
http://laclefdeschamps.1fr1.net/f43-ysandre-s-creations
Nicamic

avatar

Féminin
Nombre de messages : 11018
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Laurent SEKSIK   Ven 1 Aoû - 9:35

J'ai de l'insomnie en ce moment  Wink 
Ne pleure pas  menina , tu reviendras lire auprès de ton cher océan et je crois que ce livre te plaira... sauf que je t'entends d'ici    traiter de tous les noms Albert Einstein, qui ne sut pas être un père. On parie ?  alegre

_________________
"Ne te courbe que pour aimer." René Char
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yrle.com/nic
Arundathi



Féminin
Nombre de messages : 1867
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: Laurent SEKSIK   Ven 1 Aoû - 9:59

Encore un livre qui parait fort intéressant ! Merci Nic de nous soumettre tes points de vue ! Mais, comme Ysou, je regarde ma liste de livres qui s'allonge avec découragement ! Enfin, j'ai aussi des périodes creuses concernant la lecture ! Pour l'instant je privilégie les films d'Art et d'essai sur l’application d'Arte "Arte vod" ... Smile 

Mais je retiens vos suggestions ! Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Laurent SEKSIK   

Revenir en haut Aller en bas
 
Laurent SEKSIK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» laurent - Garde Impériale 5000 points - Terminé
» Laurent Pasinya Monsengwo créé Cardinal !
» CAMINO avec attelage de Laurent
» [Gaudé, Laurent] Le soleil des scorta
» [Scalese, Laurent]Le baiser de Jason

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Clef des Champs :: Littérature :: Commentaires de livres :: Auteurs ... francophones-
Sauter vers: